Ville Onmyouji est un forum RPG fait pour les amoureux de la fantasy, de l'aventure, mais aussi des univers "scolaires".

Sur ce forum il est possible d'interpréter des élèves comme des adultes au milieu de deux mondes différents peuplés de créatures fantastiques.

Ici, vous aurez le choix de vivre une vie normale, ou bien d'apprendre les arcanes de la magie et de défendre la Terre et Momo -la dimension d'à côté- contre de dangereux monstres!

Devenez traqueur ou forgeron, politicien, mafieux ou encore simple fonctionnaire ! Accomplissez des quêtes et perfectionnez vos pouvoirs ! Partez à la chasse ou venez nous aider à explorer les terres inconnues...dans tous les cas nous n'attendons que vous !

(Nouveau Forum, Accueil Convivial, Plusieurs Races, H/Y/Y Autorisé, NC-16)
Contexte Races Magie Célestia Avatar





Alexander Valcherra | Fondateur
Présent Profil
Akiko Gotô | Fondatrice
Présent Profil
Lyna Inukai | Administratrice
Présent Profil

























Ce forum est fermé
 
Chat BoxActuellement de connecté sur la CB, vous trouverez :



Revenir en haut Aller en bas

Partagez | 
 

 Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Icone de votre esprit :

Messages : 42
Date d'inscription : 22/02/2016
Age : 24
Localisation : Momomajin

Feuille de personnage
Age: 23 ans
Couple: Ketsueki Hesediel, le seul et unique ♥
Autre(s):
avatar
Demi demon


Sakura Shiranui

Demi demon

MessageSujet: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Mer 9 Mar - 23:40

Des retrouvailles après un vernissage
Ketsueki Hesediel & Sakura Shiranui

Dans l'épisode précédent :

"Chère Sakura,

Je suis déçu de vous avoir quitté ainsi, mais je tenais à vous dire que ça avait été un réel plaisir de vous avoir rencontré ce soir. J'aurais bien voulu voir d'autres de vos toiles, et il n'aurait pas été impossible que je vous achète la seule toile que j'ai eu l'occasion de voir à vos côtés. 

Eh bien, si cela vous intéresse, voilà mon téléphone, avec quoi nous pourrions fixer un rendez-vous : 0X XX XX XX XX. 

Avec toutes mes amitiés,

Ketsueki."



Nous nous étions séparés sans un « au revoir ». J'avais été tellement honteuse de mettre montrée ainsi devant lui. Je ne savais même pas qui il était vraiment. J'étais partie me calmée dans ma zone personnelle, et j'avais même bloquée la porte pour pas que ce vieux schnock ne vienne m'embêter. J'avais utilisée mon pouvoir.. Je ne pouvais pas le croire. Ce feu me terrorisait. Pourquoi j'ai pas eu une affinité avec l'eau ? Je soufflais, assise dans un coin, la robe souillée de champagne sur une chaise et moi en simple kimono, sans maquillage et sans talon. Ça c'était le vrai moi. Mes bras étaient croisés et mes genoux contre ma poitrine. Je voulais disparaître.

Je continuais à me morfondre, quand un coup fut donner à ma porte. Il était pas brutal, mais plutôt intimidé. Curieuse, je me levais et ouvrais la porte de ma « prison », et je tombais nez à nez avec le réceptionniste. Que me voulait-il ? Il semblait ne pas savoir où se mettre... C'est alors qu'il me tendit un bous de papier, avant de partir en courant, quand je l'avais pris entre mes doigts délicats. Sa réaction me surprit quand même, mais je ne m'éternisais pas. Refermant la porte pour déplier le papier, je lus le mot, et étrangement, mon cœur bondit ; heureux. Il voulait qu'on se revoit ? Et que je lui vendes ma toile. Je me mordis la lèvre avec petit sourire, tenant le bous de papier contre mon front.

« - Ketsueki Hesediel... Qui es-tu vraiment ? » je souris, fermant les yeux, avant de sombré dans le même rêve que d'habitude.


Pendant quelque jours, dans l’hôtel où je logeais pour le moment, je fixais le téléphone de ma suite. Plusieurs fois j'avais tendu ma main vers le combiné, afin de le retiré de son socle et de composer le numéro de Ketsueki. Mais je n'y étais jamais arrivée. Pourquoi ? Ce n'était qu'un petit appel de rien du tout ! Un appel ou j'entendrais sa voix, ou je me l'imaginerais sans cesse comme au vernissage, avec ses mains puissantes qui passaient dans ses cheveux... Non, non, non ! Je secouais la tête de droite à gauche pour arrêter de telle pensée. Mes joues étaient rouge, et je les refroidissais avec mes mains. C'était quoi cette sensation ? Mon cœur battait si fort, ça faisait mal, mais un mal bien ! Et se satané téléphone qui me faisait de l’œil.

« - Arrête de me fixer ! Je sais que je dois l'appeler... » Et me voilà entrain de parler à un objet électrique... Il me manque vraiment une case.

C'était le troisième jour de la semaine, j'avais peint dans relâche dans la chambre d’hôtel en prenant soin de bâcher le sol pour ne pas tacher leur moquette et leurs tapis. Je n'avais plus de peinture, et j'avais eu une envie soudaine de brûler les œuvres que j'avais fais. Elle le représentait dans son costume du vernissage. Bon dieu Sakura, arrête-toi ! Je croisais mes bras sur le comptoirs, mettant ma tête dedans. Pourquoi... Mais pourquoi est-ce que ça me faisait ça ? Ça voulait dire quoi ? J'avais besoin d'un verre, et pas de champagne. Le vieux m'en a dégoûté à jamais.

« - Monsieur, un verre de votre alcool le plus fort, s'il vous plaît ! » j'appelais le barman qui devait être bien plus jeune que moi..

« - Elle a quel age la petite dame ? » il me demandait ça, stoïque, et moi je fis une moue au mot petite.

« - 23 ans. J'ai l'âge. » je sortais ma carte d'identité pour le lui prouver. Et il vérifia même que ce n'était pas une fausse. « C'est bon ? Je peux avoir mon verre, monsieur le policier ? »

Il eut un rictus en me rendant ma pièce d'identité, et me donnait un verre d'alcool. Le liquide était ambré, mais pas comme le champagne. Je pris le verre, et soufflais avant de boire la première gorger. La boisson me brûla l’œsophage, je ne pus me retenir de tousser tellement ça faisait mal. J'en avais les larmes aux yeux. Le barman me regardait, mais je ne flanchais pas, j'attrapais mon verre et le but d'une traite. Il fallait que j'oublie Ketsueki, même si ça allait être difficile.

« - Gentleman, un autre ! » le premier me rendait déjà toute chose, mais je n'allais pas en rester là !

Ma tête pesait lourd, et la musique en fond me faisait mal à la tête. J'avais les bras croisés sur le comptoir. Mon verre vide était allongé sur le meuble près de ma main. Le barman reprit le verre, puis me secoua doucement.

« - Mademoiselle, vous allez bien ? »

« - Ouaiiis... tout..Tout baigne. Faut que je-je passe un coups de fil. » je me redressais, le regard vitreux. « ooh...ça tourne.. »

« - Vous voulez que j'appelle la personne pour vous ? Donnez moi son numéro ? »

« - Non, c'est... chè moi qui dois le faire. »

J'étais complètement soul. Dans le fond, près de la scène, il y avait des téléphones. Je me levais alors, et me retenais d'abord au comptoir, avant de marché bizarrement. Je riais comme une folle quand des danseurs me prirent par la main pour me faire tourner, et me lâcher vers les téléphones. Je sortais de mon kimono le morceau de papier qui ne me quittait jamais. Oui Sakura, tu fais pitié!Je pris aussi une pièce et composais le numéro sur le morceau de papier. J'attendais la tonalité, et au bous de trois, il y avait ça voix.

« - Ket-su-e-ki ! Bon...Bonjour ! » on ne pouvait pas faire plus soûle que moi « - Rooh mais je suis bête on est plus en journée. » je riais toute seule. « - Cha va ? »

J'essayais de me tenir au mur, mais ça tournait tellement que ma main glissa et je tombais dans un petit cri, en lâchant le combiner... Bon en réalité, j'avais tellement chaud que j'avais laissé la manche de mon kimono tombé un peu, ça laissait voir ma peau. Et en bougeant un peu, je me pris les pieds dans le kimono, et j'étais tombée sur les musiciens.


« C'est l'extase langoureuse, C'est la fatigue amoureuse, C'est tous les frissons des bois Parmi l'étreinte des brises » ► VERLAINE




Dernière édition par Sakura Shiranui le Lun 21 Mar - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Jeu 10 Mar - 15:23

Une semaine. J'avais compté les jours, les uns après les autres, en bondissant sur mon portable dès qu'il sonnait, en espérant entendre à un moment où à un autre sa voix. Ma chose à l'intérieur de moi s'était muée en bête, grondante et vorace, qui me tordait les boyaux à longueurs de journées. Mais une part de moi, ma partie raisonnée, arrivait à tarir ses cris, et j'avais plus tendance à écouter cette partie. Elle avait raison, après tout. Cette bête dans mes entrailles n'était pas moi. J'étais cette partie saine et raisonnable. C'est vrai ; il fallait que je sois réaliste, je ne pouvais pas... être amoureux de Sakura. C'était impossible. Ce serait lui faire un cadeau empoisonné, j'étais loin d'être un bon parti. Et puis, j'étais dangereux ; avec les menaces de mes crises sur la conscience, un avenir serait impossible, je m'en rendais compte, et je comptais bien me contenter d'avoir une relation "professionnelle" - au maximum, amicale - avec elle. Mais pas amoureuse. De toute façon, cette bête finira par se faire une raison et crever.

C'était sur cette idée que j'étais parti au sous-sol de mon appartement pour une "petite" séance d'entraînement. Il semblerait que j'avais beaucoup d'énergie à évacuer si bien que même en début de soirée, je frappais toujours. En sueur de la tête aux pieds, mes cheveux me collaient au front venant gêner ma vision, mon torse nu et mon dos semblaient luire et je soufflais comme un bœuf. Quelques minutes plus tard, je décidais finalement de m'arrêter là et d'aller prendre une douche, je mis un t-shirt sur mon dos - au cas où je croiserais quelqu'un dans les couloirs, je n'aimerais pas qu'il me voie torse nu, hum -, une serviette autour du cou, mon téléphone à la main. J'arrivais rapidement dans mes appartements et je filai directement à la douche, laissant mes vêtements en tas dans ma salle de bain, mon portable sur le rebord du lavabo. La sonnerie de celui-ci écourta ma douche. Du savon plein les yeux, je passai la tête hors de la douche sur la fin de la première sonnerie. Je passai ma tête en hâte sous le jet d'eau avant de le couper. Une deuxième sonnerie me pressa. Je sors de la douche, séchaient mes mains à la va vite sur ma serviette puis l'enroula autour de mes hanches et décrocha à la troisième sonnerie, l'eau dégoulinant sur mon visage par mes cheveux ;

- Allo ?, dis-je, la voix pressée.

« - Ket-su-e-ki ! Bon...Bonjour ! »

Ma bête se réveilla d'un coup, en un bond et rugit le plus fort qu'elle le put, mais ma raison était là pour veiller au grain et elle fit claquer son fouet ce qui la calma tout de suite. C'était Sakura, enfin. Mais... Nom de Dieu ! Elle était saoule !

- Sakura ? Vous allez bien ?, demandais-je, ma voix rendue autoritaire à cause de mon inquiétude. C'était toujours comme ça ; inquiet, je devenais dur.

« - Rooh mais je suis bête on est plus en journée. » ria-t-elle, mais pas de ce rire que j'avais tant apprécié la dernière fois. « - Cha va ? »

Je fronçais les sourcils et m'apprêtais à lui répondre lorsque j'entendis un boucan au bout du fil, son cri plus fort que les autres perça mon oreille et mon cœur.

- Sakura ?, m'exclamais-je. Que vous arrive-t-il ? Où êtes-vous, au juste ? Répondez, à la fin !, commençais-je à m'énerver de sa non-réponse, la panique me gagnant peu à peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 42
Date d'inscription : 22/02/2016
Age : 24
Localisation : Momomajin

Feuille de personnage
Age: 23 ans
Couple: Ketsueki Hesediel, le seul et unique ♥
Autre(s):
avatar
Demi demon


Sakura Shiranui

Demi demon

MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Jeu 10 Mar - 18:00

Des retrouvailles après un vernissage
Ketsueki Hesediel & Sakura Shiranui

J'avais fais stoppée la musique, étant donné que j'étais tombée sur les musiciens. J'étais même un peu sonnée. La pièce tournait, et j’eus l'impression d'avoir une nausée qui pointait le bout de son nez. Le barman s'approcha et de sa grande main et de sa force, me souleva comme un poids plume. Je me mis à gindre, en déclarant -soûle- que je voulais Ketsueki. Bien sur, le téléphone pendait, abandonné. Un des serveurs le prit dans sa main, alors que le barman posa sur ma tête une poche de glace.

« - Allô ? Y a quelqu'un ? Si oui, je pense que votre amie à besoin de se faire raccompagner. Elle se trouve dans le seul Bar de Fuuga, sur la place du marché. Pour elle, à toute de suite. »

Puis il posa le combiner. Je fis une moue, je n'avais même pas pu parler. Me tournant vers le comptoir, je demandais au barman un verre de cette alcool. Mais il me l'interdisait, en me donnant un verre d'eau. Je boudais encore plus. Je posais soutenait ma tête de ma main, et fermais les yeux, alors que ma deuxième main, tenait la petite poche de glace. J'avais tellement envie de revoir Ketsueki.. Je ne savais pas ce qu'était ce sentiment, ça faisait mal, mais en même temps, ça me rendait heureuse..

J'avais décidée de vouloir partir du bar, pour vagabonder dans les rues, personne ne m'attendait, et puis, je n'avais pas envie de retourner à mon hôtel. J'étais légèrement moins soûle, mais je voyais double à chaque fois, et je titubais. On m'avait alors retenue et allongée sur une des banquettes du bar, en attendant que quelqu'un vienne me chercher. Bien sur, je ne savais pas que quelqu'un avait dit à Ketsueki où je me trouvais et dans l'état même où j'étais. Soudain, je me relevais, c'était pas possible ! Si c'était le cas, il allait me voir ainsi, dans un autre comportement qui n'est pas le miens ! Je me laissais tomber, le visage contre la banquette. Sakura, tu es vraiment une idiote de première. En plus de cela, mon kimono était déchiré. Ma manche tombait sans cesse, laissant voir mes tatouages et ma peau blanche.

« - Je ne veux pas... que Ketsueki... me voit comme ça... » je murmurais ses paroles, en commençant à m'endormir petit à petit sur la banquette.


« C'est l'extase langoureuse, C'est la fatigue amoureuse, C'est tous les frissons des bois Parmi l'étreinte des brises » ► VERLAINE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Ven 11 Mar - 11:24

Pas de réponse. Pendant plusieurs minutes. Ce qui me donna le temps de bien m'inquiéter, et de bien m'énerver. J'avais posé le téléphone sur le lavabo, en mode haut-parleur, pour que je puisse avoir les deux mains libres pour m'arracher les cheveux, vous voyez . Je tournais en rond dans ma salle de bain, comme un lion en cage, tout comme ma bête à l'intérieur de moi, d'ailleurs. Soudain, une voix au bout du fil se fit entendre. Mais ce n'était pas celle de Sakura, comme je l'aurais souhaité. Celle d'un homme, et il parlait d'un bar - que je connaissais. "Pour elle", comment ça ? C'était un agresseur ? Je me jetais sur mon téléphone pour lui parler qu'il avait déjà raccroché. Quel con ! Pas le temps de réfléchir, je prends mon portable et fonce jusqu'à ma chambre pour me changer ; malheureusement, je ne pouvais pas y aller en serviette de bain, hein. Je jette sur mon lit mon téléphone et ouvre en grand mon armoire et prend les premiers vêtements qui me tombent sous la main ; un sous-pull noir qui moule mes muscles, un jean clair, mes genres de bottines solides et des sous-vêtements quelconque. Ainsi vêtu, je mis mon téléphone dans l'une des poches de mon pantalon puis fonce jusqu'à l'entrée et sorti, en ayant mis sur mes épaules une veste en jean au passage. Je pris tout juste la peine de fermer à clé derrière moi que je fonçais déjà jusqu'au portail me menant à Fuuga. Je passai celui-ci rapidement avec mon droit de passage pour atterrir sur la place du Marché, vide de marchands à cette heure, mais je n'y fis même pas attention et ne pris même pas la peine de reprendre mon souffle de je filais à toute allure jusqu'au bar que j'atteignis 5 minutes plus tard. J'ouvris en grand la porte de l'établissement et parti tout de suite au comptoir, essoufflé comme pas deux et les cheveux encore mouillés ;

- C'est vous qui m'avez dit de venir pour mon amie qui n'allait pas bien ?, m'adressais-je au barman.

Il nettoyait tranquillement un verre, comme tout bon barman qui se respecte, j'imagine. Cependant, ce n'est pas lui qui me répondit, mais un serveur dans mon dos ;

- Non, c'était moi qui vous avais dit de venir, monsieur.

Il me semblait tellement calme que je chassai l'idée qu'elle c'était fait agressée, mais je restais tout de même inquiet.

- Que lui est-il arrivé ? Et où est-elle, d'ailleurs ?, demandais-je en tournant la tête de droite à gauche, sans la trouver.

- Calmez-vous, monsieur (je faillis exploser à cet instant), elle va bien (mais ceci me calma). Rien de grave ne lui est arrivé, elle s'est "juste" bourré la gueule et puis quand elle vous a appelé, elle est tombée sur les musiciens, rien de sérieux, je vous assure. Elle est là, dit-il en indiquant une banquette dont je ne voyais que le dossier.

Je lui adressai un signe de tête, le remercient, et m'avança pas à pas jusqu'au canapé. Et je la trouvai endormie, comme un ange, ses longs cheveux créant comme un nuage autour de sa tête, son visage détendu. Je m'accoudais au dossier de la banquette pour mieux la regarder - l'admirer, dit la bête -, un fin sourire attendri aux lèvres, soulagé de voir qu'elle n'avait rien de grave. Couchée sur le dos, j'imagine qu'elle avait dû se tourner dans son sommeil par la position de ses cheveux et son kimono s'enroulant autour de ses jambes. En parlant de kimono, je fronçais les sourcils en voyant sa manche déchirée, laissant voir sa peau laiteuse et son tatouage sur son épaule que j'avais déjà eu l'occasion de voir lors de ce vernissage. Comment s'était-elle fait ça ? Lors de ça chute j'imagine... L’inquiétude, mariée à l'irritation remontèrent en moi ; pour qu'elle raison s'était-elle rendue saoule ainsi ? Et pourquoi m'avoir appelée sans aucune raison apparente, alors que ça faisait bien une semaine que je l'attendais, ce coup de fil. Je soupirais tout en fermant les yeux, ma colère retomba d'un coup face à ma bête intérieure qui ne pouvait lui en vouloir. De nouveau calme, je penchais la tête sur le côté, comme si j'étais intrigué par Sakura, puis, le plus doucement possible, je tendis ma main fraîche du dehors vers sa joue que je caressai du bout des doigts, stoppant mon mouvement une seconde, surpris que ce courant électrique était toujours là.

- Sakura... Réveillez-vous..., dis-je doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 42
Date d'inscription : 22/02/2016
Age : 24
Localisation : Momomajin

Feuille de personnage
Age: 23 ans
Couple: Ketsueki Hesediel, le seul et unique ♥
Autre(s):
avatar
Demi demon


Sakura Shiranui

Demi demon

MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Ven 11 Mar - 12:36

Des retrouvailles après un vernissage
Ketsueki Hesediel & Sakura Shiranui

Je rêvais que j'étais au vernissage, mais que contrairement à comme ça c'était terminé, j'étais restée auprès de Ketsueki. On riait, on s'échangeait des regards. L'électricité était entre nous, nous attirant comme deux aimants. Ce n'était pas désagréable, bien au contraire. Cette affreuse robe rouge que je portais, attirait souvent son regard, qui plongeait le long de mes courbes. Je me sentais rougir, mais flattée de l'attirer ainsi. Puis, soudainement, ses yeux abysse profond dans lesquelles je me perdais, me regardaient de manière sérieuse. Trop sérieuse, que j'en arrêtais de sourire. Sa main se posa sur ma joue. Main douce, froide et électrisante. Il s'approchait lentement, murmurant mon prénom.

« - Sakura... » c'était à peine si je l'entendais, commençant à fermer les yeux. « Sakura... » je n'y prêtais pas attention, attendant qu'il scelle nos lèvres. « Sakura... Réveillez-vous ! »

J'ouvris mes yeux et je sentais quelque chose sur ma joue. C'était frais et doux. Ma vue était un peu brouillée, je frottais mes yeux, et clignais des yeux. Je vis une tache blanche devant moi, avec du noir. Je devais rêvée. Je voyais Ketsueki devant moi, enfin, penché au dessus de moi. Un faux mouvement de sa main, et il était près à m'embrasser. Je me mis à rougir en pensant à mon rêve étrange. L'attirance que je ressentais, l'envie qu'il m'embrasse, la douceur de ses gestes sur ma peau et son regard qui me sondait de haut en bas, légèrement gourmand... Pourquoi avais-je rêvée de ça ? Qu'est-ce que ça voulait dire ?

« - Ket-Ketsueki ? » j'avais la bouche un peu pâteuse. J'avais besoin de boire.

Je ne me redressais pas, l'admirant. Il était encore plus beau qu'il y avait lors du vernissage. Sans son costume, il faisait badboy. Mes yeux détaillaient son beau visage, ses yeux, puis ses lèvres.. Je laissais vagabonder mon regard plus bas, sur son torse par exemple. C'était moi, où ce qu'il portait le rendait encore plus sexy, surtout en voyant dessiner ses muscles sous le polo ? Je me mordis la lèvre en sentant une pulsion d'envie de lui sauter au cou.


« C'est l'extase langoureuse, C'est la fatigue amoureuse, C'est tous les frissons des bois Parmi l'étreinte des brises » ► VERLAINE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Ven 11 Mar - 14:34

Dieu, qu'elle était craquante, à un tel point que je regrettais presque de l'avoir réveillée. Ces yeux rouges rubis m'avaient manqué, plus que je ne le pensais, même s'ils étaient un peu plus vitreux que la dernière fois que je les avais vu. Il n'empêche, que la voir avoir autant de mal à se réveiller était adorable, mais la voir rougir était tout autre ; le grondement de ma bête en était la preuve. Mais ma raison était là, aussi, à claquer son fouet ; elle était saoule, ceci expliquait sans doute ses rougeurs. Lorsqu'elle parla, sa voix était plus claire que lorsque je l'avais eu au téléphone, même si elle était encore loin d'être comme celle que je connaissais, celle-ci était comme pâteuse. Je la laissais me regarder autant qu'elle le voulait avant de lui répondre, sentant son regard glisser un peu partout sur mon corps, et je fis de même, en m'attardant sur sa lèvre inférieure, qu'elle venait encore de mordre. Je déglutis ; la soirée commençait en force.
Il semblait qu'elle avait du mal à croire que j'étais bien là, et cela me fit rire ;

- C'est bien moi, oui. Je fronçais ensuite les sourcils, changeant de ton ; Vous m'avez fait peur en m'appelant dans cet état. Qu'est-ce qu'il vous a pris, Sakura ?, soupirais-je, fatigué de tant de stress, laissant mon front tomber sur le dossier du canapé, ne lui montrant plus que mes cheveux, dont je me rappelai soudain qu'ils étaient encore humides, et certainement pas coiffé.

Je relevai la tête, prenant une mèche dans mes doigts pour voir dans quel état elle était, puis soupira en passant simplement une main dans mes cheveux pour les coiffer un minimum. Je posais mon menton dans ma main, toujours accoudé, pour la regarder, avec une mine faussement accusatrice ;

- Vous voyez ? Je me suis tellement dépêché que je n'ai même pas eu le temps de me coiffer.

Sur ces paroles, je quittai mon accoudoir pour demander au barman s'il était possible d'avoir une bouteille d'eau et un verre, qu'il me donna, alors qu'il me disait "cadeau de la maison, à partir du moment où ça fait du bien à votre amie", il semblait mi-exaspéré, mi-désolé. Je lui répondis par un sourire.

Je retournais vers Sakura, mais de l'autre côté de la banquette cette fois, posant le verre et l'eau sur la table basse alors que je m'asseyais dans le fauteuil à côté de la belle blanche, tendit que je lui disais en désignant la boisson :

- Je n'ai pas d'aspirine, mais pour limiter le plus possible le mal de tête, je vous conseil de boire beaucoup d'eau. Maintenant, mon regard se fit plus acéré, si vous me racontiez tout depuis le début ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 42
Date d'inscription : 22/02/2016
Age : 24
Localisation : Momomajin

Feuille de personnage
Age: 23 ans
Couple: Ketsueki Hesediel, le seul et unique ♥
Autre(s):
avatar
Demi demon


Sakura Shiranui

Demi demon

MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Ven 11 Mar - 18:55

Des retrouvailles après un vernissage
Ketsueki Hesediel & Sakura Shiranui

Pourquoi me torturait-il comme cela ? Moi aussi j'avais eu envie de passer ma main dans ses cheveux même encore un peu humide. J'avais comme qui dirait, envie qu'il me saute dessus. Je me redressais doucement pour ne pas être prise de vertiges, et je m'asseyais sur la banquette. Je passais mes doigts dans mes cheveux pour les démêler un peu et passer quelques mèches par dessus mes épaules, pour qu'elle tombe contre ma poitrine. Mon kimono était bon pour la poubelle, je soufflais et tentant de remonter la manche, mais elle tombait, laissant voir la galbe de mon sein. J'espère que qu'il ne le remarque pas. Je le regardais poser la bouteille. Ha de l'eau. Je ne me dis pas prier pour boire de tout mon soul cette eau rafraîchissante. Je le regardais quand il me parlait de lui raconter. Devais-je vraiment le faire ? C'était un peu honteux le pourquoi j'ai eu envie de boire au point d'être soûle. Prenant une petite poignée de cheveux, je me mis à jouer avec, entortillant mes doigts dedans, les coinçant par moment.

« - Je...Et-et bien... » je me mordais la lèvre, je ne pouvais vraiment pas lui dire que j'avais fais des peintures, et qu'elle le représentait toutes... « J'avais...seulement envie de me vider la tête. »

Ce qui était vrai dans un sens ! Même si je ne m'attendais à l'appeler rien que pour entendre sa voix. Pourquoi est-ce que c'était si compliqué ? Mon pauvre petit cœur battait vite dans ma poitrine et dans mes tempes. De plus, les images qu'il m'avait donné plus tôt n'allaient pas s'échapper de ma mémoire, et je savais déjà qu'une fois à l'hôtel, j'attraperais mon carnet de croquis, pour y faire les traits de visage de Ketsueki. Bon dieu Sakura arrête-toi ! On dirait une amoureuse transis.. Amoureuse ? L'étais-je vraiment ? Impossible, on ne se connaissait pas encore assez. « Et le coup de foudre ? » ma conscience n'avait pas tout à fait tord... Mais je n'ai jamais connu l'amour. Alors pourquoi une aussi forte attirance avec lui ? J'avais de plus en plus envie qu'il me prenne dans ses bras... Et mon rêve, qu'est-ce qu'il signifiait ?

Trop réfléchir me donnait mal à la tête, le verre frais, se posa contre mon front, alors que je pensais toujours autant. Je devais être maso dans un fond. Surtout qu'il avait vu mon pouvoir lors du vernissage, et il était si mystérieux, j'avais d'en savoir plus sur lui. Qui étai-il réellement ?


« C'est l'extase langoureuse, C'est la fatigue amoureuse, C'est tous les frissons des bois Parmi l'étreinte des brises » ► VERLAINE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Jeu 17 Mar - 10:47

Suite à mes paroles, elle semblait être prise d'un doute, le regard perdu dans le vide, entortillant ses mèches de cheveux autour de ses doigts, au niveau de sa poitrine, pratiquement dénudée d'un côté par son kimono déchiré ; Dieu est en train de me tester... Je sentis ma bête gratter contre mes côtes tout en rugissant, tendit que je déglutissais avec peine, en fermant les yeux, pour fuir l'image qu'elle offrait ; c'était pire que de la tentation, c'était quelque chose sans nom. L'envie que j'avais eue au vernissage, l'envie de lui décoincer les doigts de ses mèches me reprenait également. D'une grande inspiration et d'une expiration, avec l'aide de ma raison aussi, je réussis à rouvrir mes yeux, en fixant sa bouche, alors qu'elle reprenait la parole, gênée, sans doute - et je la comprenais - elle se mordit la lèvre, une énième fois, si bien que je commençais à me demander si elle le faisait exprès ; de mettre mes nerfs en compote. Elle résuma son état d'ivresse par une simple envie de se "vider la tête". Je n'allais pas me contenter de ça, oh non. Elle n'allait pas s'en tirer comme ça. Des détails, je veux des détails. Un sourire crispé apparu sur mes lèvres, tendit que je penchais la tête sur le côté, en fronçant légèrement les sourcils. Mes yeux se plantèrent sur son verre contre son front, pour essayer de passer son mal de tête, apparemment. Je soupirai fortement, en m'affalant dans mon fauteuil, négligeant ma position, alors que le côté de mon visage était pris en coupelle par ma main, le coude contre le bras de mon siège. Mon visage n'exprimait pas la colère, non, juste une légère lassitude et sévérité.

-Écoutez, Sakura..., soupirais-je, comme fatigué, alors que mes yeux dardaient vivement un peu partout sur son visage, je ne vais pas pouvoir me contenter de ça, et j'espère que vous comprenez. Et puis, vous avez beau dire ça, ça n'explique en rien pourquoi vous m'avez appelé. Alors..., dis-je en me redressant, en me penchant en avant, pour bien planter mes yeux dans les siens, les coudes sur les cuisses, les mains jointes, même si ça doit prendre des heures, j'espère que vous allez me raconter tout dans les moindres détails. J'ai tout mon temps, pour vous Sakura, pas d'inquiétude, souriais-je, alors que je me demandais comment est-ce que j'avais pu dire ça. Fichue bête qui commençait à être trop grande...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 42
Date d'inscription : 22/02/2016
Age : 24
Localisation : Momomajin

Feuille de personnage
Age: 23 ans
Couple: Ketsueki Hesediel, le seul et unique ♥
Autre(s):
avatar
Demi demon


Sakura Shiranui

Demi demon

MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Jeu 17 Mar - 11:21

Des retrouvailles après un vernissage
Ketsueki Hesediel & Sakura Shiranui

Son parfum et son regard m’envoûtaient comme à chaque fois. Cet homme cherchait à me torturer, ce n'était pas possible. Mais, est-ce que je devais vraiment lui dire pourquoi j'avais bu ? Pourquoi je l'avais appeler ? J'allais me taper la honte devant lui, même si c'était déjà fait. Seigneur, aidez-moi ! J'inspirais assez profondément, afin de prendre mon courage à deux mains ; mais son odeur venait sans cesse à mes narines que ça me rendait folle. Je passais la pointe de ma langue sur mes lèvres, pour les humidifier un peu. Je bus ensuite, pour retirer cette sensation de gorge sèche.... Mon dieu, j'allais vraiment le lui dire ?

« - Je... Et bien... C'est-c'est assez idiot le pourquoi.. » j'avais détourner le visage, trop honteuse, mes joues se coloraient, je le savais. « Le fait que j'ai voulu me vider la tête, c'est-c'est uniquement à cause de vous. »

Oh il ne fallait pas le prendre méchamment, même si j'avais chuchotée ma dernière phrase, je rougissais, honteuse d'un tel aveux. Je cherchais à cacher mon visage avec mes cheveux, pour qu'on ne voit pas ma gêne. Je venais limite de dire que c'était à cause du fait que je pensais à Ketsueki que j'ai bu autant. Je ne comprenais pas pourquoi j'étais à la fois gêner, mais bien avec lui à mes côtés. Il était sexy, qu'importe ce qu'il portait ! Bon, je ne l'ai vu que deux fois, dans deux tenues vestimentaires différente, mais il était sexy quand même. Mais je devais donner plus de détail.

« - Je-je n'arrêtais pas de penser à vous, depuis le jour au vernissage. Pendant une semaine j'avais eu envie de vous appelez rien que pour entendre votre voix. Mais je n'y arrivais pas. J'ai même été folle, en croyant que mon téléphone me lançait un salle regard parce que je n'osais pas vous appelez. » je me souvenais le moment où j'avais parler à mon téléphone, et je n'en revenais pas d'avoir dit ça ! « Alors je suis sorti prendre l'air, et j'ai atterri dans ce bar, où j'ai demander de l'alcool alors que c'était la première fois que j'en buvais. Je voulais m'enlever de la tête toute cette attraction que vous exerciez sur moi, sans comprendre ce qui m'arrivait... Puis je vous ai appeler pour entendre votre voix, et vous connaissez la suite. »

Sakura, tu es nul pour raconter des mensonges. Tu ne fais que dire la vérité et ça te perdra. Je soufflais, n'osant toujours pas regarder Ketsueki. Je venais clairement de dire qu'il me plaisait. Maintenant, je devais disparaître avant de me consommer en cendre. Il allait me prendre encore plus folle que je ne l'étais déjà... Je me mordis encore une fois la lèvre, sans savoir que mon simple geste, avait un impacte sur lui.


« C'est l'extase langoureuse, C'est la fatigue amoureuse, C'est tous les frissons des bois Parmi l'étreinte des brises » ► VERLAINE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Dim 20 Mar - 19:37

Elle inspira, fort ; mauvais signe. Sa langue passa rapidement sur ses lèvres, pourtant déjà tentatrices.

- Nul besoin d'en rajouter, je vous assure Sakura, vous n'étiez pas obligé de faire ça, vraiment, ma raison à déjà assez de mal comme ça à retenir ma bête.

Je soupire pour tenter de calmer les battements de mon cœur. Elle prend une gorgée d'eau, et prend la parole ; et je ne m'y attendis pas du tout. Comment ? J'avais fait quelque chose qui l'avait déplu ? Mais, qu'est-ce que j'avais fait ? Je... Je ne comprends pas. Je restais muet de stupeur, la respiration coupée, les yeux écarquillés fixés sur elle, les doigts fermés fortement sur mes accoudoirs, avachi dans mon siège. Elle tentait de cacher son visage, rose de honte. Elle venait de me dire que c'était de ma faute si elle était saoule, mais elle restait gênée, ça ne collait pas, elle me faisait pourtant un reproche, non ?

Elle reprit la parole.

La blessure béante de ma bête, que je pensais mortelle, guérit d'un coup à ces paroles. Ma raison se dressa, avec son fouet et une barre de fer, faisant barrage de son corps ; mais ma bête avait grandi, d'un coup. Elle était devenue immense, gargantuesque, terrifiante, ma raison ne devenant plus qu'une simple barrière qu'elle pouvait enjamber sans effort. Sakura se mordit la lèvre. La goutte de trop, réellement. Mes doigts se crispèrent sur les accoudoirs, et sans même m'en rendre compte, je les brisèrent ; pas au point de les rendre en miettes, mais ils étaient dans un état déplorable. J'étais raide dans mon siège, comme si mon corps s'était changé en glace, alors qu'en moi, tout n'était que mouvement, chamboulement, incompréhension de ce que je ressentais. De l'impuissance, même. Mes yeux, retransmettaient ce qu'ils fixaient à mon cerveau ; une unique chose, ses lèvres. Ce fruit, juteux, à l'allure succulente, qui me donnait faim, un sentiment qui devait s'exprimer par mon regard ; un fruit dangereux, qui pourrait me porter à ma fin, et à la sienne surtout. Mes neurones ne fonctionnaient plus, mes yeux ne bougeaient pas, restaient sur cette image, sur ce bonbon rose, brillant, appétissant, que je dévorerais bien, là, tout de suite, immédiatement. J'en rêvais, en fait, et je ne le réalisais que maintenant. Cette bête, en moi, ne l'était pas en réalité ; cette bête, c'était mes émotions réelles, ce que je ressentais pour elle, ce que je souhaitais au plus profond de moi. Et là, ce qu'elle voulait - cette bête - c'était dévorer, mordre, embrasser, lécher, ces lèvres maltraitées par ces dents blanches que j’apercevais. Ma respiration se fit manquante ; rapide, saccadée, comme si mes poumons ne fonctionnaient plus. Comme s'ils ne voulaient plus de mon air, mais du sien, à elle, cette démone blanche - ou cet ange blanc ? J'allais le faire, réellement, j'allais l'embrasser ; j'allais le faire ! Mais ma raison revint, monstrueuse, dominante, me faisant reprendre mes esprits ; j'étais dangereux. Une perte de contrôle, une crise, et je pourrais lui bondir dessus, et la tuer. Alors que je l'aimais. Et si je le montrais, si je lui disais, que je l'aimais, elle deviendrait vite la personne la plus importante de ma vie, et je ne le permettrais pas. Je ne le ferais pas. Je ne la mettrais pas en danger. Elle tenait déjà trop pour moi. Ma raison, avait raison. J'étais d'accord, avec elle. Et cette fois, ma bête se fit vaincre, pour de bon, je l'espérais.

Je plaquais une main sur ma bouche, pour me forcer de respirer par le nez, en tentant de rendre les battements de mon cœur plus lent. Je fermais les yeux, pour couper tout lien avec elle, fuyant ses lèvres, ses yeux, ce sein presque dénudé, son corps en entier ; elle. Je devais répondre, calmement, sérieusement. Elle ne devait pas voir plus que ça de mon tumulte intérieur. Je me rendais compte de mes actes précédents, à présent ; j'avais détruit ce siège - pratiquement - et elle pouvait interpréter ce geste de mille et une façons ; mais j'étais d'accord avec ma raison, je m'en moquais. Ce qu'il comptait, c'est qu'elle arrive à m'oublier, le plus vite possible. Qu'elle oublie ce qu'elle ressentait pour moi, si j'avais bien raison sur la nature de ses sentiments. Elle ne devait pas m'aimer. Non. Définitivement, non. Elle pourrait en mourir, et je préfère tarir nos sentiments et peut-être vivre dans la douleur, avec le regret, durant tout le restant de ma vie. Mais je n'avais pas besoin qu'elle me déteste - je ne le supporterais sans doute pas - ; je gardais cette option en dernier recourt.

J'étais décidé, c'est bon, j'ai fait mon deuil ; adieu, amour, que je n'avais même pas dit.

J'enlevais ma main, sourit, le plus aimablement possible, et prit l'attitude que je prenais pour me protéger, pour rester distant ; un genre de masque que j'utilisais pour me faire bien vu, mais qui ne montrait pas mes vraies émotions, comme si je n'étais qu'une simple coquille vide ; mais qui s'en rendrait compte ? Pas elle, je l'espérais.

- Je suis terriblement navré d'avoir eu cet effet sur vous, Sakura ! Vous rendre dans cet état... Vraiment, ce n'était pas du tout mon attention, si j'avais su..., soupirais-je. Moi qui ne voulais que parler de vos peintures, franchement..., fis-je, (faussement) embarrassé, en me frottant l'arrière de la tête, les yeux fermés par mon sourire mi-navré mi-gêné.

Je me détestais pour ce que je faisais ; pour ce masque ; pour le danger que je représentais ; pour ce que j'étais, tout simplement. Mais je le faisais pour la bonne cause ; pour la protéger. Je demandais que deux choses, s'il vous plait, ce n'était pas grand-chose. Je demande juste qu'elle ne me déteste pas, et qu'elle oublie ses sentiments, juste ça, je vous en prie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 42
Date d'inscription : 22/02/2016
Age : 24
Localisation : Momomajin

Feuille de personnage
Age: 23 ans
Couple: Ketsueki Hesediel, le seul et unique ♥
Autre(s):
avatar
Demi demon


Sakura Shiranui

Demi demon

MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Lun 21 Mar - 0:56

Des retrouvailles après un vernissage
Ketsueki Hesediel & Sakura Shiranui

C'est-on déjà imaginé, entouré d'une bonne luminosité, dans un cadre assez... romantique, avec seulement la personne qui était près de nous, cette personne qui exerçait une certaine emprise sur nous ? Cette personne qui nous donnait l'impression qu'on comptait pour soit-même, comme pour elle ? Et que, une fois qu'on était avec cette personne, on se sentait tout chose, on était gêné, mais on était heureux d'être avec cette personne-là, si spéciale pour nous... Je voyais des feus d'artifice de toute les couleurs, déclenchés par mon propre feu. Ce feu qui me montait aux joues depuis le premier jours où je pensais à cette personne. Je n'avais aucun ami à qui je pouvais parler de mon problème. De ce que je ressentais, sauf à lui. C'était cette personne qui était spéciale pour moi, même si ça ne faisait pas longtemps. Trop de gens pouvaient parler de coïncidence, ou bien de coup de foudre. Je ne savais pas vraiment ce que c'était. Ce genre de sentiments étaient tout nouveau pour moi. C'était à la foi doux et sucré comme le caramel,  mais amère et douloureux comme... Comme quoi ? Je ne savais pas. Je me sentais seulement légèrement souillée en se moment, le cœur battant étrangement fort. Ça faisait mal, trop mal même. Pourquoi avais-je fais ça ? Il avait raison dans un sens, mais ça m'avait fait mal. C'était la première fois que je parlais de sentiments avec quelqu'un...


Mes yeux étaient grand ouvert face à mon verre d'eau qui était à la limite d'être vide. Je ne le regardais plus, je n'écoutais plus ce qui était autour de nous. Même la musique du bar comme les râles des hommes qui avaient l'habitude de se soûler, me paraissaient bien loin. J'avais légèrement ma tête baissée, et si je voulais, il y avait quelque heure que mes cheveux cachent mon visage, cette fois c'était belle et bien fait. Je me pinçais les lèvres, dans le but de ne pas pleurer. Même si j'étais une femme qui était fragile physiquement, mentalement je ne l'étais pas. J'avais des peur, le plus c'était mes trois pouvoirs. Mais je savais être forte. Du moins, j'espérais que je l'étais. C'était douloureux, dans ma poitrine, je ne comprenais pas, pourquoi cela faisait-il autant mal ? Repousser ? Je ne pense pas, je n'avais pas... Sakura, tu te voiles la face. Ma conscience avait raison. Je me voilais la face, j'avais librement déclarée à un homme l'attraction qu'il exerçait sur moi. Les humains appelaient ça l'amour. J'en voyait souvent dans mes voyages quand je cherchais à peindre les paysages que je trouvais inspirant. Il y avait des gens qui finissaient par être ensemble, d'autre par malchance, ce faisait repousser par la personne qu'il... aimait. Était-ce mon cas ?

Je serrais mes doigts contre le verre, le fixant, sans tourner la tête. Je le voyais se fêler sous mes doigts légèrement enflammés. Mais je ne le lâchais pas pour autant. C'est une fois qu'il éclata dans mes mains, que je regardais celles-ci. Je ramassais les morceaux, l'un d'eux me coupa, je serrais ma main comme pour m'infliger une douleur différente de celle que j'avais dans ma poitrine. Je me levais et allais jusqu'au comptoir. Le barman me regardait et je lui tendais ma main serrée.

« - Désolée.. Je voulais pas le casser.  » je souriais, sans vraiment sourire, alors qu'il prit une serviette en papier et tout en m'ouvrant doucement la main, prit les morceaux de verre. « Vraiment désolée...  »
« - Ce n'est rien mademoiselle. Mais vous devriez soigner cette... »

Il finissait pas sa phrase. Je retirais ma main. Je ne voulais pas qu'on s'occupe de moi par pitié. C'était idiot de souffrir pour une chose qu'une peine de cœur. Mais je savais que je n'en aurais pas d'autre. Ketsueki était... non, Ketsueki est quelqu'un de spécial pour moi. Je regardais ma main blessée. Étrangement, mes oreilles de loup ne s'étaient pas abaissées une seul fois. Elles trônaient même fièrement dressées au dessus de ma tête. Mais j'avais compris ce que ça voulait dire. Je ne devais pas démoralisé pour ça. Ça faisait mal, mais je ne devais pas pensé à quelque chose de mal. Je secouais la tête pour chasser toute mes mauvaises pensées noires que j'avais eu au début. Je me tournais déterminée. Pas question de partir la queue entre les jambes. Je me postais en face de Ketsueki, face à la table. Posant mes mains dessus, même celle souillée par mon sang, je me penchais légèrement, afin de lui faire bien face.

« - Vous avez raison. Cette deuxième rencontre improvisée, ce n'était dû qu'à ma toile. Mais, gardez cela en tête. La prochaine fois, et qu'importe combien de temps cela me prendra, les autres rencontre n'auront rien avoir avec mon art.  »

Oui, j'étais déterminée. J'étais surprise de mes mots, mais ma conscience était fière, enfin... Je ne l'étais pas entièrement. Oserais-je ? Non, c'était pas digne d'une femme... Mais bien que je sois une femme, j'étais à la fois une exorciste et un démon. Donc l'indignation des femmes humaines, ce n'étaient pas pour moi. Les démons osent ce qu'ils pensent, et je n'allais pas m'en priver. Même si j'allais passer pour une folle... J'attrapais le haut qui moulait le torse de Ketsueki, et je le tirais à moi. Oui, j'étais déterminer, même s'il allait détester ça. Sans une once de gêne ou de honte, je posais mes lèvres roses sur les siennes. Mes yeux étaient fermés pour savourer le doux contact que j'avais fais sur ses lèvres. Je pense que ça ne dura que 5 minutes, car je le lâchais, pour le rasseoir sur son derrière. Je me redressais et le regardais, les joues légèrement roses.

« - Ça, ce-c'est avant goût après de nombreuses tentatives futures !  »

Après quoi, je décidais de tourner le dos, et partir dignement jusqu'à la sortit du bar. Garde ton calme Sakura, ne craque pas encore. J'ouvris la porte, posais un pied à l'extérieur, et refermais la porte derrière moi. Il fallait que je m'éloigne petit à petit, avant de craquer.


« - Haaaaa ! Sakura, tu es folle... Tu as osées ! Tu as vraiment osées ! Il va te prendre pour une folle ! Haaaaa !  »

J'étais rentrer à mon hôtel, et après avoir retirer mon kimono déchirer et de l'avoir laisser traîner au sol, j'avais craquée. J'ai hurler un « Haaa ! » dans ma chambre d’hôtel. J'ai tournée en rond en me traitant de folle, le tout en étant en sous-vêtement blanc, et avant de mettre écroulée sur mon lit, ma tête dans l'oreille. Cette soirée de retrouvaille après ce vernissage, était à la fois la pire, mais la plus déterminante de ma vie.


« C'est l'extase langoureuse, C'est la fatigue amoureuse, C'est tous les frissons des bois Parmi l'étreinte des brises » ► VERLAINE




Dernière édition par Sakura Shiranui le Lun 21 Mar - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Lun 21 Mar - 19:14

Elle semblait s'être renfermé comme une coquille. Dans sa bulle. Une genre d'aura néfaste - triste - l'entourait. Je ne pouvais plus l'atteindre, elle semblait à mille lieux de moi, alors qu'elle était à portée de main, je n'avais qu'à la tendre et je pourrais effleurer son visage poupin. Je pourrais... mais je ne le ferais pas. Oh que non, l'effet avait marché, je ne comptais pas tout faire foirer. Même la douleur lancinante que j'avais au cœur ne me ferait pas changer d'avis, non, je résisterais.

- Ça pourrait être pourtant si simple... Vous vous aimez tous les deux, où est le problème ?, qu'une voix - qui était elle ? - me susurrait. Le problème, c'est moi, je répondais.

Je relevais la tête, alerté par des voix d'hommes saouls ; voilà que le bar s'était remplis sans que je m'en rende compte. Mon intention fut cependant vite détournée d'eux, mes yeux venant se poser sur les doigts de Sakura. Ils étaient en feu. Comme la dernière fois. Était-elle énervée comme au vernissage ? Ou alors étais-ce une autre émotion qui actionnait son pouvoir ? Un pouvoir dangereux, d'ailleurs ; puissant, effrayant, qui n'allait pas du tout à son image ; mais dit comme ça, ça lui convenait très bien, non ? Une jeune femme, à l'allure douce, mais aux pouvoirs destructeurs. J'allais la mettre en garde - lui rappeler qu'elle avait un verre dans les mains - mais, trop tard, il se brisa. Je restai interdit, dans la même position que précédemment, alors qu'elle ramassait les morceaux. Elle se coupa. Je sursautai. Elle se mit à saigner, trop à mon goût. Elle sera la main sur les morceaux tranchants. Elle se coupa encore, sans même s'en rendre compte. Mais moi, je le sentais, mon corps le savait, mon ventre se tordait, mon cœur saignait aussi. Un mélange de faim et de douleur.

Sans que je n'ai le mouvement de la retenir, elle partit ramener les débris au comptoir. Le barman lui prit doucement la main pour les reprendre, avec une mine navrée. Ça tourbillonnait, en moi ; un genre de rage jalouse. Je reconnaissais ce que c'était ; un signe de "renaissance" de ma "bête". Et je ne laisserais pas ça ce faire, non. Je garderais contrôle sur mes émotions ; plus de bêtes, juste ma raison - et ma douleur.

Alors que je me raisonnais, le brusque demi-tour de Sakura m'interpella. D'un pas décidé, elle vint se planter devant moi, la table basse entre nous. Moi assis, elle debout, elle me dominait enfin de la taille. Et je pouvais vous dire, que cela faisait bizarre. Je déglutis, ma gorge étant sèche. Elle se pencha sur la table, pour se mettre au même niveau que moi. La première chose qui capta mon regard ne fut pas le sien, mais ce fut son sein, dévoilé à la limite du décent. Pour vite quitter cette vision, je levais les yeux ; oh que fut mon erreur. Son regard m'absorba à la seconde où je les croisais ; comme lors du vernissage. Je ne pouvais plus m'échapper, plus bouger et je respirais par automatisme, autrement, je ne penserais même pas à le faire. Trop tard, définitivement, trop tard, ce rouge rubis m'avait eu.

« - Vous avez raison. Cette deuxième rencontre improvisée, ce n'était dû qu'à ma toile. Mais, gardez cela en tête. La prochaine fois, et qu'importe combien de temps cela me prendra, les autres rencontre n'auront rien avoir avec mon art. »

La première fois qu'on me disait ça. La première fois que je la voyais comme ça. La première fois où je me dis que finalement son pouvoir lui allait très bien. La première fois où je me mis à craindre sérieusement une femme. La première fois où je me dis que j'allais y perdre ma peau. La première fois, la première fois, la première fois... Où je me sentais aussi heureux, aussi amoureux, aussi exalté. Mais surtout, la première fois où j'étais aussi triste, dévasté, détruit. Si je n'étais pas absorbé par ses yeux et que j'étais maître de moi-même, un peu que je me serais mis à chialer et à la supplier d'abandonner. Mais, je n'étais comme "pas là". Mon cerveau ne fonctionnait plus, plus rien ne fonctionnait donc. C'est pour cela, que, lorsque je sentis qu'on me tirait mon t-shirt, que je réagissais toujours pas, que je ne m'inquiétais pas du fait que les yeux de Sakura s'étaient sensiblement rapprocher des miens. A vrai dire, je ne repris mes esprits qu'au milieu de notre baiser. Oui, en fait, je ne l'avais pas du tout compris avant. Non, je n'avais pas "traduit" que ses lèvres s'étaient pressées contre les miennes. Qu'elle m'embrassait.

Mon premier réflexe fut d'apprécié ; ce gout sucré, ces cils me caressant les pommettes, ce nez caressant le mien. Une pure merveille. Mais ma raison surgit, implacable, me sauvant de ce fruit tentant. Mon corps se tendit, mes yeux s'écarquillèrent et j'allais la repousser - au prix de milles efforts - mais avant que je ne le fasse, elle rompit le contact entre nos lèvres. J'étais totalement choqué de son acte ; elle avait vraiment fait ça ? Je n'ai pas rêvé ? Vous êtes sûr ? Non parce que comme ça, ça réglerait pas mal de chose... Mais, ce qu'elle dit ensuite, en ayant tout de même les joues roses de honte et en bégayant un peu me ramena à la dure réalité. Mon cerveau était à nouveau "éteint" et je remarquais avec un certain détachement son départ. Puis, plus tard, je repris mes esprits, me massant les tempes, un mal de tête me prenant.

Je fis sans m'en rendre compte le chemin retour, rentrant chez moi, et ce n'est qu'au moment où je fermais la porte de mon appartement que je me rendis compte que j'étais là. J'étais épuisé. Je partis me coucher, m'affalant à plat ventre sur mon lit, sur les couvertures, encore habillé, et je m'endormis presque instantanément, rêvant toute la nuit que j'embrassais Sakura ou bien alors que je la tuais pendant une crise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 42
Date d'inscription : 22/02/2016
Age : 24
Localisation : Momomajin

Feuille de personnage
Age: 23 ans
Couple: Ketsueki Hesediel, le seul et unique ♥
Autre(s):
avatar
Demi demon


Sakura Shiranui

Demi demon

MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   Lun 21 Mar - 19:40

Voilà ! Ça, c'est une bonne fin pour le deuxième RP !
Allez !! Faut que je trouve l'endroit pour faire le troisième *^* !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Des retrouvailles après un vernissage... [ft. Ketsueki Hesediel] [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retrouvailles. Ai-je vraiment grandi ?
» Des retrouvailles après de longues années (Fineldor)
» Des retrouvailles après deux ans.
» [Val d'Arryn] Retrouvailles après tant d'années (PV : Ashara)
» Tourne 7 fois ta langue dans ta bouche et après fait un noeud. Bien serré. [fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Clos :: La Place du Marché-