Ville Onmyouji est un forum RPG fait pour les amoureux de la fantasy, de l'aventure, mais aussi des univers "scolaires".

Sur ce forum il est possible d'interpréter des élèves comme des adultes au milieu de deux mondes différents peuplés de créatures fantastiques.

Ici, vous aurez le choix de vivre une vie normale, ou bien d'apprendre les arcanes de la magie et de défendre la Terre et Momo -la dimension d'à côté- contre de dangereux monstres!

Devenez traqueur ou forgeron, politicien, mafieux ou encore simple fonctionnaire ! Accomplissez des quêtes et perfectionnez vos pouvoirs ! Partez à la chasse ou venez nous aider à explorer les terres inconnues...dans tous les cas nous n'attendons que vous !

(Nouveau Forum, Accueil Convivial, Plusieurs Races, H/Y/Y Autorisé, NC-16)
Contexte Races Magie Célestia Avatar





Alexander Valcherra | Fondateur
Présent Profil
Akiko Gotô | Fondatrice
Présent Profil
Lyna Inukai | Administratrice
Présent Profil

























Ce forum est fermé
 
Chat BoxActuellement de connecté sur la CB, vous trouverez :



Revenir en haut Aller en bas

Partagez | 
 

 Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Invité

Invité

MessageSujet: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Mer 13 Jan - 19:25

Aujourd'hui, le temps n'est pas génial. Il fait froid, chaque bouffé d'air me brûle la gorge, et la pluie menace de ses gros nuage. Mama, m'a pourtant bien couverte avant de me laisser sortir. Mon imperméable couleur caramel semblait bien résister à la pluie et au vent. Mes moufles ainsi que mon bonnet blancs, protégeaient mes extrémités de toutes agressions de se vent. Quel idée j'avais eu de me rendre au marché de Momo pour acheter un cadeau a ma mère ! Pourtant, son anniversaire était dans un mois, il me fallait vite l'acheter !

Tout en soufflant sur mes mains, je marche a petit pas. Avec mes petites jambes, je ne pouvais pas faire de grand pas sans me mettre a courir. Heureusement que j'avais mon passeport avec moi pour franchir la barrière de Momo ! Oh tient, voilà la pluie, il faut que je me dépêche !

Je m'élance, et je me met a courir. Mes pieds fond de larges bonds et touche a peine la terre. Comme une biche, je gambade, plonge un pied dans une flaque et me fait éclabousser. Sur mes hautes bottes noirs, les gouttes d'eau glissent comme des larmes. Une autre flaque s'allonge devant moi, cette fois j'y plonge les deux pieds. Mes joue s'empourpre de joie, mon nez déjà rougis par le froid se colore un peu plus.

J'adore la pluie ! Tout me parait plus simple lorsque les grosses larmes des nuages viennent s'écraser contre mes joues. En m'arrêtant sous un porche de magasin, un point de côté se fait sentir. J'avais courus trop vite.

- Je * ouf * ne suis plus * ouf * très loin du marché ...

Allez Céléstine ! Inspire. Expire. Voilà, tu as déjà récupérée.
Avant de repartir, je croise mon reflet dans le miroir. Pleins de petits cheveux sortent de dessous mon bonnet. On aurait plus dit un porc-épic outragé qu'une fille. Non mais vraiment, quel tête j'ai après avoir jouée sous la pluie ! Je gonfle mes joues, se qui fait encore plus rougir mes satané joues. Pourquoi a-t-il fallut que j'ai les joues de ma mère ? Elles se colorent aussi vite que le son !

Toujours les joues gonflées, d'humeur méchante, je reprend mon chemin. Avant que je ne sois trempée comme une soupe, j'atterris sous la bâche protectrice du marché. Héritage venant des nomades, les marchés des deux mondes avait pris coutumes de s'installer sur les grandes places. On y trouvait de tout si on savait où chercher.

J'allais m'insinuer dans un groupe de personnes, quand une explosions se fit.

* BOUM *

- Hyaaaaaaaaaa !

De la poussières alla dans mon oeil alors que je tombais en arrière. Mon fessier amortis ma chute, mais je ne pouvais pas ouvrir les yeux. Mes yeux irrités se mirent à pleurer, j'essayais tant bien que mal de me frotter les yeux. Mais les bruits que j'entendais n'était que cris et souffrance. Dans ce brouahra, je ne percevait pas les paroles. Quand enfin j'ai pus ouvrir les yeux pleins de larmes. Des yeux bleus comme du cristal me jaugeais comme une condamnée.


Dernière édition par Céléstine Kasama le Dim 17 Avr - 20:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Jeu 14 Jan - 0:32

Se faufiler à Momo était un jeu d’enfant comme d’habitude. Un, deux, trois, meurtres de démons dans une ruelle et le tour est joué, 3 passeports falsifiés étaient dans les mains des trois terroristes qui accompagnaient leur chef. Raven quant à elle s’était dit que deux jours sans qu’on parle d’elle dans les médias étaient de trop et qu’il fallait refaire du bruit. Elle s’était vêtue d’une grande cape de voyage sombre qui cachait tout son visage dans l’ombre et couvrait tout son corps, en dessous elle portait son armure de cuir rouge habituelle ainsi que son arme dans le dos. Le bouclier n’était pas trop approprié pour une telle mission, encombrant et difficile à cacher. Les 3 passèrent sans problème la barrière avec un groupe de démons qui revenaient chez eux. Les idiots qui les contrôlèrent ne pensaient pas à fouiller leurs affaires qui pourtant cachaient des explosif, laissant un petit sourire sadique en coin à la bouche de la chef des renégats.

Fuuga, son marché, un lieu où se réunissent de nombreux vendeurs et artisans et surtout des démons, beaucoup de démons… Il pleuvait ce jour là, une pluie des plus désagréable pour la renégate qui commençait à sentir l’humidité pénétrer sous son ample cape. Elle s’était attardée sur une étale de fruits regardant dans sa main, un air de dégoût se dessinant dans l’ombre de la capuche. Le fruit s’écrasa subitement coulant entre les doigts de Raven, giclant un peu sur l’étale et les gens qui s’étaient amassés autour pour s’abriter de la pluie plus que pour admirer les fruits. Pour sa part le vendeur aller lever le doigt avant de croiser le regard bleu assassin de Raven qui lui fit comprendre de baisser ses doigts rapidement et de se retourner pour vaquer à ses occupations. Tout était parfait, elle se retourna et fit des mouvements d’épaule pour se retirer de la foule amassée là en retirant sa cape.

Certains reconnurent directement cette coiffure rose, ces yeux azur et cette armure en cuir rouge mais n’eurent pas le temps de crier à l’aide que l’explosion retenti. Dans la poussière l’aura rouge grandissait brûlant les premiers démons qui se trouvaient là. Au sol gisaient des corps mutilés et sans vie. Parmi les cris de terreur de la foule retentissaient les coups d’épée et les supplications. Raven dégainait son épée et commençait à avancer en donnant des coups d’épée mortels aux démons qui tentaient de fuir. La terreur était totale.

S’approchant d’une nouvelle victime Raven posa le plat de son épée sur son avant bras gauche pour planter son épée avec précision dans la jeune fille qui était assise sur les fesses avec un air groggy. La chef des renégats s’approchait d’elle mettant sa lame au niveau de son front, le bras gauche en avant soutenant son épée. Elle hésita une fraction de seconde, son aura se réduisit afin de mieux analyser la nature de cette fille, stoppant par ailleurs le début de brûlure qui semblait faire souffrir le visage de la rouquine. Un exorciste? Non un demi démon, Raven baissa sa garde, se plongeant un moment dans ses pensées, les yeux dans les yeux de la jeune fille alors qu’autour les gens commençaient à fuir et courir dans tous les sens. C’était la première fois qu’elle rencontrait un autre demi démon. Elle s’imagina une fraction de seconde que cette fille représentait ce qu’elle aurait pu être si la vie avait pu être plus heureuse pour elle. Une vie paisible en famille loin de la sienne faite que de cavales, de meurtres, de haine et de peurs. Raven le savait un jour elle mourrait.

Mettant son épée dans son dos elle attrapa la fille de sa main gauche au cou et la plaqua contre le mur. Serrant très fort jusqu’à la faire suffoquer elle s’approcha a quelques centimètres pour lui susurrer :

Sais tu qui je suis?

Question rhétorique bien sûr, tout le monde sur Terre et sur Momo connaissait ce visage de tueuse qui s’approchait maintenant tout près de celui du demi démon sur laquelle elle ne lâchait pas son emprise, lui serrant même encore la gorge. Des larmes sortaient de son visage suffocant, elle avait peur de mourir elle aussi, elle, ce demi démon. Raven se sentit prise d’empathie pour cette petite créature si proche d’elle et la relâcha, la laissant retomber lourdement. Pour la reprendre en la tirant par les cheveux et la remettre sur ses pieds.

Veux-tu vivre? Suis moi.

Tenant toujours sa tête par les cheveux elle approchait encore une fois son visage du sien en se courbant en avant. Faisant un peu rayonner son aura pour la brûler légèrement avec un sourire sadique.

Une salope de démon, mais mignonne.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Jeu 14 Jan - 21:26

Je bat des cils, une fois, deux fois. De nouvelles larmes me viennes, et me trouble la vue. Tout en m'essuyant les yeux, une autre douleur se fait sentir.

* Hmmf *

- Vous faites quoi ?? Sa fait mal !

Cette fois, je suis très irritée ! J'ai l'impression d'être trop près d'une flamme. Repoussée, et mesquine, voilà ce que m'évoque cette vive douleur. Mais attend ... c'est un pouvoir d'exorciste ! On essayerait encore de me tourmenter en jouant avec mon côté demi ?? C'est injuste, et cruelle ! Si maman le savait .... cependant elle ne le sait pas. Tant pis, je suis mieux seule.

Je relève la tête, la légère chaleur de mes joues toujours plus intense par la colère. Mon regard brille de colère et de détermination. Le menton en avant, je montre mon refus d'obéir, tout en calant mes mains sous moi. Petite précaution pour ne pas retomber. C'est a peu près a ce moment que je me rend compte des bruits alentours. Les cris, les pleurs, les supplications, et cette jeune femme à la chevelure ... rose.  Oh non, me dites pas que c'est ...  

* hmmm *

En une fraction de secondes, un poids vient obstruer ma trachée.

- Aaah !

La prise devient alors plus forte, je suffoque, j'étouffe presque. Je gigote, ne pouvant accepter ce qui m'arrive. Mes idées deviennent moins clair, mes geste archaïques. Pourtant pendant tout se temps, je fixe d'un regard furieux mon adversaire. Il est HORS de question que je meurt !

- Raaah ....

Son visage se s'approche de mon oreille et me susurre alors que la tête me tourne :

- Sais tu qui je suis?


Me taire. Voilà quelle est ma réponse, et puis j'en serais incapable. Le peu d'oxygène que j'ai encore dans mes poumons ne me le permet pas. Puis son poing sers encore plus fort, et des larmes de frustration coule de mes yeux. Alors, comme par miracle, l'étau se desserre et je tombe. Mon corps rencontre lourdement la terre, mes yeux débordent de larmes et l'air me viens enfin. Une goulée, puis deux ... le paysage devient plus net. Mais je n'ai pas le temps d'en prendre plus que cette femme. Ou devrais-je dire Raven, me prend par les cheveux et me remet debout.  

- Veux-tu vivre?

- A ton avis ?

- Suis moi.

Mon cuir chevelu en prend encore pour ses frais. Et je me retrouve a deux doigts de cette ... dame ?? Elle est immense ! Elle doit carrément se courber pour m'atteindre ! Quel toupet !

* Aïe *

Elle me brûle encore avec son pouvoir en plus de ça ! Et elle sourit ! Si je pouvais utiliser les miens.

- Une salope de démon, mais mignonne.

Déjà que j'était bien rouge, là je prend cette douce couleur jusqu'à la racine des cheveux. Ma colère est au dessus de tout et je réplique venimeuse :

- Et vous trop grande ! On dirait un poireau !

Ah ?? Pourquoi un poireau ? Enfin y'a plus urgent. Pourquoi j'ai dis ça, on fait pas ça quand on est pris en joue par la chef des Renégat. On la supplie et ... elle me fait MAL !!! Mes forces retrouvées je tente de m'enfuir. Finalement, ma tentative échoue, me retrouvant propulsée en arrière. Je me rebelle, n'écoutant plus les maux de mon corps. Des mots coulent de ma bouche comme du poisons :

- Serpent ! Grand macaque ! POISSONIERE !

Mes pupilles pourpres lancent des éclaires, tout en laissant couler un flot incessant.

- J'ai pas peur de vous !

Aveuglée par la fureur, je cachait ma peur. J'étais beaucoup trop fière pour montrer ce sentiment.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Jeu 14 Jan - 22:36

Elle semblait ne pas avoir peur ou du moins tenter comme elle pouvait de ne pas le montrer en feignant la fureur. Ses joues toutes gonflées et teintées de rouge attendrissaient un peu la Renégate qui relâché un peu la pression sur son cuir chevelu sans pour autant lui laisser aucune chance de fuir tant qu’elle était sous son emprise. Enfin du moins jusqu’à ce qu’elle qualifie la chef des renégats de poireau. Une réaction somme toute inattendue qui figea Raven un moment avec un sourire crispé entre incompréhension et colère. La tentative de fuite la sorti de sa torpeur rattrapant au dernier moment la fillette pour la ramener devant elle en tenant fermement sa chevelure. Elle racontait des choses incompréhensibles mais qui dans la cohue passèrent plutôt inaperçus.

Soupirant Raven lui attrapa la gorge de sa main gauche, pendant que l’autre la tenait toujours par les cheveux et recommença à l’étrangler en déployant son aura à fond pensant quelques secondes. Voyant des signes de brûlure intense germer sur le visage du demi démon, Raven se pencha à nouveau pour la regarder à quelques centimètres de son visage après avoir annulé son aura. La main gauche resserrait encore plus la gorge de la jeune fille pendant ces quelques mots.

Petite impertinante, je te tues quand je ...

John une nouvelle recrue vînt l’interrompre en raclant sa gorge ce qui lui fit relâcher sa main gauche et laisser respirer la captive. Ce renégat était à sa première mission, Raven lui avait donné la tâche d’amorcer la bombe, comme cela au cas où elle sauterait avant elle ne causerait pas de grande pertes. Il était rentré comme tous sous le critère d’un racisme sans failles envers les démons et avait encore tout à prouver. Se redressant et se retournant Raven prit la petite par le bras, serrant très fort la main de manière à ce que celle-ci ne s’enfuie pas.

Qu’est-ce qu’y a John?!

Un petit air d'exaspération s’entendait dans sa voix. Aucun autre de ses homme ne se serait permis de l’interrompre. Souvent il valait mieux faire semblant d’être occupé que d’attirer l’attention de la chef.

- Besoin d’aide chef, ça fait longtemps que je vous vois avec ce démon?
- Non. Répondit-elle sur un ton sec et encore plus exaspéré.
- On doit la tuer, comme les autres!
- Elle est à moi.
- Mais chef! Vous devez la tuer vous avez promis!

John semblait pointer son arme vers la jeune fille et se montrer de plus en plus menaçant. C’était le problème pour un groupe extrême comme les renégats, au vu de la faible capacité de recrutement il fallait accepter n’importe qui. La nouvelle recrue se mis à charger en hurlant. Raven mis alors une balayette du pied à sa captive pour qu’elle tombe le plus lourdemenbt possible et dégaina son épée.

Qu’il en soit ainsi.

Elle trancha en une fraction de seconde le ventre du jeune homme et de la main gauche attrapa les organes interne pour les arracher avec fureur. Une fois le jeune homme suppliant à terre, elle planta son épée droit vers le sol, le transperçant de haut en bas et aspirant son sang jusqu’à laisser une dépouille déshydratée au sol.

Raven se retourna et regarda la jeune fille qui visiblement n’avait pas eut le temps de comprendre ce qui lui arrivait et restait là sur ses fesses. Elle se pencha alors après s’être rapproché et la pris des deux mains pour la remettre debout, recouvrant involontairement son bras droit du sang sur sa main gauche. Elle entreprit ensuite de faire une fouille, lui tapotant tout le corps et récupérant tout les objets de la jeune fille pour les ranger dans une petite sacoche accrochée à sa ceinture (je te laisserait dire ce qu’elle enlève). Cela fait elle se plia les genoux pour se mettre un peu plus bas que la jeune fille essayant d’être rassurante alors qu’elle essuyait son front de sa main gauche, laissant dessus des marques de sang.

Facilite moi le tâche, ne fais rien qui m’oblige de te tuer.

Ces paroles étaient fermes et claires. En se relevant elle cracha sur le cadavre de John puis se mis à regarder autour d’elle. Plus rien ne bougeait, ce qui avaient pu avaient fuit, les autres étaient morts. Les deux autres renégats s’approchèrent alors, dont Alicia la seconde et attendirent à bonne distance que Raven finisse. La chef des renégats attrapa alors la captive par le bras gauche et l’emmena pour dépasser ses deux subordonnés. S’adressant d’abord aux deux elle lâcha :

Bon travail on a fini.

Puis revenant à la jeune fille elle lui demanda :

Comment t’appelles-tu?

Les deux autres la suivirent sans poser de question. Le petit groupe s’enfonçait alors dans des petites ruelles sombre autour du marché alors qu’au loin on entendait venir les secours et peut-être l’armée...
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Sam 16 Jan - 3:44

Mon cou n'a plus l'apport d'oxygène voulut. En plus, vient s'ajouter cette de mes racine meurtries, et de ma peau. La grande Renégat fait encore usage de son pouvoir sur moi. Sauf que cette fois c'est différent, je souffre le martyre, je sens des cloques se former sur mes joues, mon front.
Je fond.
Mon esprit suit, il grogne, se rebelle. Il demande un peu plus de temps, de vie et d'aventure. Soudain, mes pupilles captent son regard. Il est si proche, il me couve et me transperce tout a la fois. Elle ne doit pas voir que j'ai peur, d'elle ou de la mort, je doit me battre ! Même si ces yeux bleu clair me font frissonner, que la poigne autour de mon cou se renforce. Je continuerais a défier ses iris myosotis a nul autre pareil.

- Petite impertinante, je te tues quand je ...

Puis sa paroles s'éteint, et une autre voix vient remplacer la sienne. Enfin on me libère la gorge. J'inspire de grandes goulée d'air comme tout à l'heure. Toujours agrippée par les cheveux, je reste néanmoins en suspend. Je serais tombée alors, m'écroulant lourdement contre le sol. Je respire tellement que j'en attrape le hoquet. Je fait alors des petits bonds comme une alcoolique. Hé bah voilà qui est génial ! Se faire avoir par les Renégats et hoqueter comme une souris.

Je ne pense pas que sa puisse être pire que ça. Hé bien si, la main qui m'enserrait le cou vient se poser sur mon bras. Vu la force qu'elle exerce, ma tentative d'évasion n'a pas du lui plaire. Très bien, je serait très sage alors, jusqu'à ce que je trouve une ouverture. La voix de la jeune femme raisonne à nouveau dans mon tympans :

- Qu’est-ce qu’y a John?!

Elle ne semble pas très loquace, une chance ??

- Besoin d’aide chef, ça fait longtemps que je vous vois avec ce démon ?

Pas tellement une chance là, un nouvel adversaire plutôt. Et je ne peux pas utiliser mes pouvoir avec la chef des Renégats a un pas de moi. Mes pouvoirs sont fait pour la distance, non le corps à corps qu'est-ce que je v...

- Non.

Faisant la même tête que son acolyte, je levait la tête vers le visage de la jeune femme. Elle était vraiment très grande. Mais ce qui m'inquiétais, c'était de comprendre le POURQUOI de son action.

- On doit la tuer, comme les autres!

Faisant la girouette entre mes deux agresseurs, j'essaye de suivre pour trouver LA brèche. Cependant, cet homme m'horrifiais, il me glaçais les sang !

- Elle est à moi.

Quoi ?? Elle aussi elle veut me tuer ?? Je prend un air grave, et garde un oeil sur les gestes de chacun. M'attendant a tout instant a devoir m'éclipser en me servant d'un de mes pouvoirs comme ruse. Et tant pis pour la lumière de Raven.

- Mais chef! Vous devez la tuer vous avez promis!

Je vis un mouvement sur la droite. Lorsque je le vis, l'homme n'était plus très moi de moi. Je n'aurais pas le temps d'activer un seule de mes pouvoirs. Je relève mon bras pour me protéger le visage ... et je me retrouve encore sur les fesses. Mais c'est que ça devient une habitude !

En relevant la tête pour m'indigner, je vois s'écrouler le cadavre de l'homme et l'épée de Raven souillé de sang frais. Sentant la bile remonter dans ma gorge, je me retiens de tout dégobiller dans l'instant. La jeune du se souvenir qu'elle voulait se débarrasser de moi. Elle me fit lever calmement, du sang coula sur ma main. La couleur intense me pris au dépourvu, puis le malaise reviens, et je m'oblige a ne pas tout rendre ce que j'ai mangée ce matin. Elle mes fouille, déboutonnant mon manteau, fouillant mes poches. Quand je sens un poids familiers, je commence a paniquer et à répliquer :

- Non ! Mon briquet andalou !

Une trainé rouge viens assombrir son front lorsqu'elle essuie sa transpiration.

- Facilite moi le tâche, ne fais rien qui m’oblige de te tuer.

- Redonnais-moi mon briquet andalous d'abord !

Pas de réponse, juste une derniers signe d'adieux ... pour le moins étrange a son acolyte. Et a celui qui avait voulu me tuer. Comme tant d'autre avant. J'essaye d'aller ouvrir la sacoche où se trouve mon briquet. C'est là que sa poigne viens m'enserrer de nouveau le bras. Elle m'emmène jusqu'a deux autres personnes. L'une a les cheveux blancs et l'autre a les cheveux bruns. Essayant encore d'attraper mon briquet. Je savais qu'on m'emmenais ailleurs où je n'aurais personne sur qui m'appuyer. Cependant, mon briquet était ... plus important que tout ça ! Je ne répondis pas à ala question de Raven. Elle dut répéter au moins deux autres fois avant que je dise contrainte et forcé mon nom :

- Céléstine ! Je m'appelle Céléstine !

La main avait resserrée son étau. Encore une fois, de petites larmes se mirent a perler de mes yeux. Je me tins tranquille jusqu'a la fin du voyage. En prenant bien soins de vérifier que la Renégats avait toujours la légère bosse du briquet dans sa sacoche. Au bout d'un long moment de silence, ou j'avais boudée en faite je chuchotais espérant que les deux acolytes n'entendent pas :

- Pourquoi vous m'avez épargnée ?? J'ai bien vu les cadavres.

Habituée a ce genre de manège, je demande en remontant le montant pour monter mon défi :

- Vous allez demander une rançon c'est ça ?? Laissez moi vous dire, vous feriez mieux de me relâcher. Et vous devez me rendre mon briquet.

Du même ton qu'avait employée la jeune femme, je venait de lui intimer quelque chose. Le briquet avait semblé disproportionné dans ma petite main. C'était parce qu'il n'était pas le mien a l'origine.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Dim 17 Jan - 1:21

Ce briquet semblait avoir une grande importance pour elle. L’envie venait au chef des renégats de le sortir et de l’allumer, mais elle n’en fit rien le gardant dans ma petite sacoche et prenant soin de tenir ma captive du côté opposé. Il était gros, bien trop gros pour ses petites mains, il devait sure ment appartenir à quelqu’un d’important, bonne pioche. C’était spécial, cette façon infantile qu’elle avait de réclamer ce briquet mais qui en même temps trahissait sa grande importance à ses yeux, cela aurait pu presque attendrir Raven si ses deux acolytes n’avaient pas interrompu la scène en la rejoignant. Oui bon attendrir… On va dire plutôt éveiller une certaine curiosité qui, pour Raven, restait quand même un sentiment nouveau, elle qui se fichait pas mal du reste des gens surtout lorsqu’ils sont “inutiles”.

Sur le chemin pour sortir de la ville il avait fallu de nombreuses reprise à Raven pour enfin avoir sa réponse. Célestine sûrement trop obnubilée par l’acquisition que venait de faire l’exorciste présumée suivait le petit groupe sans trop poser de problème. Lorsqu’elle dit enfin son nom, Raven répondit :

Raven, ou appelles moi Bloody.

Les deux autres étaient à bonne distance et n’entendaient pas heureusement, car même si ce surnom venait des médias, ceux qui l’employaient étaient des proches parmi les renégats et les autres se contentaient d’un simple “chef”. Là encore inconsciemment Raven avait laissé son coeur parler plutôt que son cerveau, comme lorsqu’aujourd’hui elle sauva cette petite demi démon trahissant par la même occasion ses idéaux les plus profonds. La question qui venait lui fit alors avaler douloureusement sa salive. Ses yeux se perdirent sur l’horizon alors qu’ils sortaient de la ville. Sur son front quelques goûtes de sueur perlaient. Oui pourquoi... Pourquoi? Une bouffée de chaleur vînt compléter le malaise avant qu’elle ne réponde.

Je sais ce que je fais.

Le ton très sec s’accompagnait d’une mine sévère qui réussissait presque à cacher son embarras.

Je ne demanderai pas de rançon mais tu vas nous suivre un peu.

Un otage ça restait avantageux, elle la garderait pour se protéger d’une éventuelle attaque et elle la relâcherait plus tard. Elle la repris par le bras fermement, en faisant rayonner son aura légèrement en guise de menace puis elle pressa le pas.

La petite troupe arrivait près d’un cours d’eau assez loin de la ville. Les deux autres renégats surveillaient les alentours en même temps que de vaquer à leurs occupations. Raven de son côté desserrait les sangles de son brassard pour le nettoyer dans l’eau. Dévoilant les dizaines de cicatrices qui recouvraient son bras mutilé par les scarification elle jeta un oeil gêné en direction de Céléstine. Celle-ci, si elle voulait vivre n’avait pas intérêt à s’en aller. Alicia ayant reçu l’ordre de la tuer au premier pas de travers, chose qu’elle ferait avec plaisir, avait-elle répondu. Pour donner du poids à cette menace elle avait ensuite dégommé un écureuil au loin sur un arbre qui fut retrouvé bel et bien mort d’une flèche de glace après quelques minutes.

Le sang était enfin nettoyé, elle passa alors sa main dans l’eau pour nettoyer l’avant bras et remettre son brassard. Elle s’approcha alors de Céléstine et ressorti le briquet.

Briquet andalou, alors? Il était à qui?

Cela dit elle le rangea dans sa sacoche à nouveau, s’éloigna et sorti son épée de son fourreau pour la planter dans le sol. L’épée contrairement au reste de son équipement ne semblait pas avoir servit au combat, étant buveuse de sang elle s'en nettoyait seule en l’absorbant. Ensuite, elle s’assit lourdement sur un gros rocher ensuite et continua de fixer d’un regard dur la jeune fille en soufflant vers le haut pour replacer une mèche rebelle. Son coude sur sa jambe elle posa sa tête dans sa main.

Parles moi de toi.

Plus un ordre qu’une question son intervention était glaçante, ce que remarqua Raven, tentant de rattraper le coup en partageant des gâteaux secs avec la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Dim 17 Jan - 22:50


- Je ne demanderai pas de rançon mais tu vas nous suivre un peu.

Un ton sec, un visage grave. Apparemment ça ne marche pas. Pourtant, il FAUT que je le récupère ! C'est ... c'est le MIEN ! Et je vais la suivre de mon plein grès, non pour une histoire d'otage. Bon, c'est vrai que j'ai un peu peur. Ou plutôt, assez pour que mes jambes s'ébranlent au rythme de mon coeur.
AÏE !
Je sens un léger picotement sur ma joue. La Renégat a du remettre son pouvoir en route. Pas juste ! Vraiment injuste ! A la première occasion, je reprend mon briquet et je m'en vais illico. Se serais plus dangereux de rester après le coup que je vais lui faire.

Après quelques minutes, nous arrivons près d'une petite rivière. Les deux acolytes semblent vaguer a leurs occupations. Pourtant, on voit très bien qu'ils montent aussi la garde. Quant à la chef, elle m'a lâchée et s'approche du cours d'eau. Bien entendu, je la suis jusque là. Me tenant bien droite, je l'observe du coin de l'oeil, faisant semblant d'observer un petit Banii. En enlevant ses brassards, je remarque quelque chose. En me tournant un peu plus vers ma geôlière. De très fines cicatrices courraient sur ses avant-bras. Je reçu comme un coup au plexus, ces traces indélébiles me ... terrifiaient. Pourquoi donc ?? Mes bras se croisèrent pour former une barrière.

Tout d'un coup, un coup sec retentit. En regardant le Banii de toute à l'heure, je le vit immobile avec une flèche de glace planté dans sa chair. Pour bien monter que la peur ne me gêne pas. Je rend un jolie regard assassin à la Reine des glaces. Tout en me concentrant de nouveau sur Raven, je remarque qu'elle a remis ses brassards. Elle s'approche, et sors mon trésor de sa poche. Je me retiens de justesse de sauter dessus. Il manquerait plus qu'elle s'en débarrasse en le jetant au loin ! Tout autant si j'utilise mes pouvoirs.

- Briquet andalou, alors? Il était à qui?

Serrant mes bras encore plus fort contre mon corps, je me refuse a lui expliquer. Ma bouche et mon esprit se ferme, ne laissant paraître qu'un regard buté. La barbe à papa, avec ses cheveux roses, essaye autrement. Remplaçant le briquet dans sa bourse, elle me tourne le dos en s'éloignant :

- Hé attend ! Tu cr...

Je me stop quand je la vois sortir son épée. Plus que sa vue, c'est l'absence d'un détail qui me glace. Le sang, où était passé le sang de ses victimes ?? Elle n'avait pas lavée son arme, j'en était certaine ! Dans ce cas, pourquoi ?? Quand ??

La lame viens déchirer la terre, et mon coeur a faillit sortir de ma poitrine tant j'ai peur. Mes joues prennent la teinte framboise, mes paupières ses sont close une fractions de seconde. Assise, Raven semble moins ... diabolique ? Oui c'est ça, elle semble plus humaine. Surtout quand elle me demande :

- Parles moi de toi.


Autoritaire le ton, hein ! Mais tu ne sais pas, à qui tu a affaire ! Il hors de question que je révèle ma vie. Même maman qui doit tout savoir ... ne sais pas tout. Gonflant les joues, et rougissant encore plus pour la prime. Le silence se fait, mes bras se croisent et je me statufie pour m'imposer. Le temps s'écoule, aucune de nous ne veux céder. A force de fier les yeux myosotis de Raven, je me détend. Comme si la jeune femme en face de moi, prend une apparence plus humaine. Et c'est ce qu'elle est, humaine. Alors, pourquoi faire tout ses crimes ?? Elle n'est pas tout noir. JE le sais mieux que quiconque.

- Tu veux savoir ma vie pourquoi, hein ?? Tu veux te moquer de moi ? Me tendre un piège ou alors récolter des infos ?? Hé bien tu vas être déçu parce que je n'ai rien a dire !

Dis-je en la fixant dans les yeux avec mes joues toujours aussi ... hé bien, rouge.

* pfeuh *

M'aillant dans l'herbe, je joue a arracher les herbes folles. Je ne veux pas voir son regard. Je veux qu'elle arrête de me regarder. Peut importe qu'elle crois que je suis impertinente. DANS CE CAS POURQUOI ELLE ME REGARDE ! Du bout de mon nez jusqu'à mes oreilles je prend la couleurs pivoine. Très stresser elle lâche une tornades d'infos autant vrai que fausse :

- Pour ... Pourquoi tu me regarde comme ça ?? Tu sais que tu peux crever un oeil en regardant trop une personne ?? Et si je te fixait comme ça je me prendrais des gifles tout les jour a l'école ! Les grandes perches comme les Totalie Spies de mon école m'aime pas déjà, m'enfin là elles me détesteraient ! Et puis j'ai déjà assez de problème avec Racoon qui suis les cours intensif de Ludicra ....

Elle me regarde toujours la barbe à papa, faisant la moue, je détourne le regard :

- Les Totaly Spies n'aiment personnes de toutes manières ... Et elles le rendent bien.

Inconsciemment, je viens frotter mon poignet gauche. Celle-ci avait été victime d'un "accident " de chimie. Un produit avait atterrit sur mon poignet, me brûlant un peu.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Lun 18 Jan - 18:46

C’était perturbant pour notre ravisseuse. Cet otage lui faisait connaître des sentiments qu’elle ne connaissait pas. C’était une enfant, une authentique enfant, avec ses petites mimiques boudeuses, sa manière de croiser les bras pour désapprouver et sa façon de tenter de combler les silences en faisant n’importe quoi montraient à Raven à quel point elle n’avait pas eut d’enfance. Élevée pour se battre elle n’avait connu que le violence, la précarité et le danger. Pas le temps d’avoir de point d’attache ni de développer d’autres sentiments avec ses “frères d’armes”. Des frères d’armes, oui rien de plus puisque s’il n’abandonnaient pas ou ne partaient pas, il mourraient ou était faits prisonnier pour suivre le même destin. Pas d’amour pas d’amitié, seulement la haine liait ce groupe. Elle était songeuse, regardant fixement ce petit être qui semblait venir d’un autre monde. Ses pupilles azures dévoraient la petite fille à la recherche des réponses. Qu’aurais pu être le chef des renégats si elle était née dans une famille aimante? La question la tiraillait, lui faisait mal au ventre. Ses idéaux se dressaient face à elle, tentant d'obscurcir sa pensée. Assise sur sa pierre elle ne montrait presque rien, seulement quelques signes d’irritation, tapotant ses doigts sur son menton et son genou et montrant parfois des rictus témoins d’une petite bataille interne.

Elle s’était assise dans l’herbe et l’arrachait comme un petit animal en cage essayant de s’occuper. Ses joues toutes gonflées, ses petites rougeurs, elle incarnait une innocence qu’elle crachait au visage de Raven. Le stress la faisait déblatérer des âneries qui décrochèrent un petit sourire au chef des renégats, relevant juste le bord de sa lèvre droite en gardant ses lèvres close. Une fois son discours très peu compréhensible pour quelqu’un d'extérieur au contexte Raven se le va, prenant son épée à la main. Elle s’approcha de Célestine dans une démarche à la fois féminine et prédatrice. Elle planta alors son épée au sol non loin de Céléstine tout en s’abaissant à son tour, pliant les genoux au maximum et écartant ses jambes pour ses pencher en avant. Sa main se dirigea vers sa gorge pour l’étrangler à nouveau dans l’idée de l’obliger à dire la vérité mais elle se figea subitement à quelques centimètres de sa cible.

Elle tremblait, pas seulement la main mais aussi le tout, son regard impassible d’abord semblait maintenant un peu vaciller. Cette innocence, ces joues rouges, ce courage inconscient l'arrêtèrent. Elle ferme le poing le serrant un peu avant de s’approcher du visage de la jeune fille et de lui caresser la joue du dos de son index ganté.

Sois gentille, et dis moi la vérité.

Elle semblait grogner cette phrase comme si la gentillesse sortait avec violence de son corps. Elle combattait ces sentiments, elle était la chef des renégats elle n’avais pas le droit de faillir. En plus ses deux compagnons étaient là, elle n’avait pas le droit de lâcher.

Fais moi confiance. Je ne t’ai pas épargnée pour te faire souffrir.

Sur ces derniers mots reprirent la neutralité des dernières interventions. Elle se laissa alors tomber sur les fesses pour se mettre en tailleur, tremblant ainsi le calme dans le bruit du choc et du grincement de son armure de cuir. S’approchant de Célestine à quelque centimètres elle lui prit le menton pour remonter sa tête et la fixa longuement avant de s’éloigner rapidement, ses joues se tintant un peu de rose. Troublée, Raven détourna le regard pour regarder l’herbe à sa droite.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Ven 22 Jan - 0:47

En levant les yeux, je me rend compte que le poireau se tenait devant moi. Elle était si grande ! Et la voir accroupis devant moi, ses jambes pliées comme des ressorts. Contraints de se compresser pour la faire parvenir a mon niveau, me sembla assez comique. Puis, j'ai vu ses yeux, il brillaient d'un drôle d'éclat. Du coin de l'oeil, la silhouette de sa main. Toujours de plus en plus proche de mon cou, déjà ankylosé, m'a fait déglutir. Cette fois, je pouvais fuir, me réfugier de cette agression a venir. Elle m'avait déjà enserré la gorge, jusqu'a ce que je ne puisse plus respirer. La colère montante, je fixais toujours ses pupille bleu pâle. Si elle s'approchais trop près, je lui jetterais les brins d'herbes dans les yeux. Ses longs doigt blanc s'approche, me crispant, mes incisives viennent mordre ma lèvre inférieure. Mon regard lance des éclaire et insinue " Viens si tu l'ose "! A quelques pouces de sa cible, Raven se fige. Au début, je crois a un piège.

Néanmoins, le fine pellicule de transpiration sur son front. Ses doigts tremblants, son air malade. Tout me tend a penser qu'il y a un véritable problème avec la chef des Renégats. Toujours sur mes gardes, scrutant les émotions de l'exorciste, je prend mon courage a deux mains :

- Raven ??

Mon corps sursaute lorsque sa main se mû en poing. Pendant un seconde, je crois qu'elle va me frapper. Mes yeux deviennent rond comme des soucoupes. Cette fois j'ai peur, son travers l'air. Je ferme les yeux, un instant de faiblesse, je le sais. Mais je ne peux me résoudre a voir son poing venir entailler ma peau. Appréhendant la suite, je ne sentis pas la morsure de ses jointures. Au lieu de ça, la douceur du cuir me fait frissonner. La peur passé, j'ouvre un oeil hésitant. Puis l'autre, enfin je papillonne des paupières, interdite. Etais-ce ... une caresse ?? Son visage était si près. Son souffle chaud me caressait, ne faisant pas décolorer mes joues ! C'est pas vrai ! Maudites rougeurs !

- Sois gentille, et dis moi la vérité.

La phrase est sortie comme un aboiement. Sursautant comme un diable hors de sa boîte, mon soeur en fit tout autant. Il a fait un bond, suivis d'une petite pirouette en réfléchissant au sens de sa phrase. D'ordinaire, je dis non et me tais. C'est généralement des technique d'intimidations, là pour coups, ce n'en étaient pas. Enfin, à part l'aboiement. Et puis mon coeur semble être du même avis que moi. Ne bougeant plus d'un cils, j'attend la suite.

- Fais moi confiance. Je ne t’ai pas épargnée pour te faire souffrir.

Pour le coup j'en restée bouche bée. Me souvenant qu'on me regardait, je me force a fermer ma bouche. Tout comme un petit animal, je guette si le serpent compte me mordre ou devenir un gentil chien. Pour me donner une petite contenance après un silence, je dis :

- Tu ... tu crois pas que je vais te cr ...

Assise en tailleur, elle m'avait prise le menton dans sa grande main. Mes yeux ne la quittait pas, lui faisant bien comprendre mon mécontentement, ainsi que ... ma surprise ?? Il faut l'avouer, elle m'avait surprise ! Au toutes premières secondes, je la fixe en fesant la moue. Puis, tandis que le temps s'engrène, mon visage se crispe de plus en plus. Je n'aime pas qu'on m'observe ! Et je suis certaine que c'est pour me prouver sa supériorité en taille qu'elle m'a fait lever le menton. Ce n'est pas du tout pour que je puisse voir de plus près ses iris bleu, son nez fin, ses hautes pommettes et ... Ses joues roses ?? Comme un ressort qui se détend, la jeune femme me lâche et se détourne de mon regard. Est-ce qu'elle .... était gênée ??

D'une poussée du bras, je me retrouve sur mes jambes. Me donnant le temps de réfléchir a tout ce bric à braque, je m'époussette mes vêtements. Pouvais-je lui répondre ?? Elle semblait sincère, alors pourquoi tout mon corps semblait se tendre comme un arc ?? Je n'avais pas beaucoup mangé se matin, je ne m'étais pas sentis tip top. Voyant que Raven continuée a me tourner le dos, j'en profitais pour me détendre. Pour noyer mon angoisse, je fis quelques pas. Tout en suivant une ligne imaginaire :

- C'étais a mon papa. Point.

Toujours aucun signe qu'elle a écoutée. Au début rassérénée, je me sens soudain oppressé par un besoins impérieux qu'elle me regarde. Doucement, comme devant un animal sauvage, je la contourne pour lui faire face. Penchant la tête sur le côté pour être a son niveau, je demande :

- Dis Raven, et ton monde a toi, il est comment ??

Le mot " monde ", été un choix voulu. Parce que je me disais, avec des yeux pareil, le monde devait être différent du miens. Peut-être tout aussi triste, peut-être plus coloré ?? Ses yeux m'ont soudain paru plus humains que la première fois que je les est vus. Soudain, un frisson ma traversé de part en part. Je le reconnaissais, en me retournant j'ai vu la Reine des Glaces qui me fixais. Mon regard assassin vint la remercier de me remettre les idées en place. Me fermant comme une huître, je répliquais ( tout en continuant a fixer la Renégat en second ) :

- Ah oui c'est vrai, vous êtes des "Renégats " !
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Jeu 28 Jan - 21:06

La chef des renégats était elle en train de vaciller. Serrant le poing sur le sol alors que l’autre main tapotait fébrilement de ses doigts le genou sur laquelle elle était posé. Elle fixait l’herbe d’un regard à la fois mélancolique et perdu. Que faisait-elle? Un moment de faiblesse?
Raven tendit soudain l’oreille alors que Célestine se leva, jetant un petit regard timide sur le côté pour observer la jeune fille qui se relevait. Elle ne fit presque pas attention à sa réponse, retournant aux herbes.

Toujours assise en tailleur elle redressa sa tête pour regarder la jeune fille qui semblait s’impatienter et passa devant elle. Sa tête s’approchait de celle de Raven qui détourna a nouveau le regard en rougissant un peu alors qu’elle se penchait pour s’approcher. Ses lèvres s’ouvrirent et figèrent Raven dans sa position. La question arrivait comme une flèche en plein coeur tellement elle était inattendue. Quel était son monde? Le chef des renégats releva son regard pour plonger ses pupilles dans celles qui lui faisaient face pendant de longues semaines...

La venue d’Alicia troubla la scène faisant se relever rapidement Raven qui secoua la tête l’air de reprendre ses esprits. Elle s’approcha de son bras droit et lui chuchotta que tout allait bien et qu’elle pouvait les laisser. Après une tape mutuelle très virile les deux femmes se séparèrent. Jetant un oeil en arrière pour s’assurer qu’Alicia s’éloignait la chef des renégats retourna auprès de Célestine pour attraper fermement son manteau au niveau de l’épaule gauche et l’éloigner un peu.

Oui, des rénégats.

Elle cracha ces mots en se penchant en avant pour dévisager la fille a nouveau captive avec un regard dur. Oui il étaient des renégats mais pas que. Chacun avait ses raisons d’avoir rejoint la cause et pour le “chef” des renégats c’était une juste cause. Elles s’arrêtèrent au bord de l’eau. Raven relâcha sa poigne avant de soupirer longuement et de se pencher en pliant les genoux pour passer sa main dans l’eau. Un long silence laissait entendre l’eau combattre la main intruse dans son courant avant que la bouche de la guerrière ne s’ouvre.

Mon monde? Il est cruel, violent, froid. Il est fait de combats, de peine, il est fait de haine. Il est...

Elle attrapa des cailloux dans l’eau pour les serrer très fort dans son poing tremblant. Des larmes descendaient sur les joues du chef des renégats qui se rendait compte de ce qu’était désormais sa vie. C’était la première fois qu'elle avait une oreille à son écoute et le sac qu’elle avait à déballer était très chargé...
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Mar 2 Fév - 23:51

La Renégat se leva, et pris a part la Reine des Glaces. Très agacée, je me mordillais les lèvres. Cette femme était une humaine, c'est vrai, cependant c'était une Renégat. Tout comme la Raine des Glaces, je devais m'attendre a un coup bat, peu importe ce qu'elle disait ! Voilà, c'est tout a fait ça, je devait les détester comme les clans ! Je dois la détester ! Enfin les détester ! Vraiment, je suis en colère là !

Mes pieds me porte plus loin de la scène entre les deux femmes. Je veux partir d'ici, retourner chez moi et ne plus LES revoirs ! JAMAIS ! Cependant, une main viens m'attraper vivement l'épaule.

- AÏE ! LACHE-MOI ! JE...

- Oui, des rénégats.

Ce mot recelait tant d'amertûme, et de colère. Pourtant, je continue a m'emporter. Ou plutôt, une froide colère brûle dans mes yeux pourpre. Je me retourne, de sorte que les deux iris bleus se plantent dans les miens. J'aurais voulu répliquer tout pleins de mots venimeux ! J'ouvre la bouche pour tempêter.

- Gross...

Ma réplique fit un flope. Mon ennemie s'est penchée vers l'eau du ruisseau, et semblais la caresser de la main. Verte de rage, je ferme les poings et j'attend. Gonflant les joues, elles rosissent légèrement. Un long s'ensuit, pesant, plein de mots non prononcés.

- Mon monde? Il est cruel, violent, froid. Il est fait de combats, de peine, il est fait de haine. Il est...

Furieuse, hors d'elle, perdue ... Pour qui sont ces mots qui résonne dans ma tête ?? Moi, ou elle ??

- STOP ! criais-je.

Les mains sur mes oreilles, je ne veux pas l'entendre. Mes yeux se sont clos, sa voix ne tremble plus de ses paroles, pourtant je les enteds tourner dans ma tête ! De dénie, les larmes aux yeux je réplique :

- Tu ne peux pas dire ça et faire partie des Renégats ! Tu es comme tout les autres ! Tu mens aussi !

Le rouge au yeux et aux joues, les larmes au coins des paupières. J'avais l'air fine tient ! Mais je savais que j'avais raison, je DEVAIS avoir raison ! Baissant mon visage sur celui de la femme ( pas bien compliqué quand on faite 1 m 53 ), je continue en chuchotant :

- Même moi, mon monde n'est pas aussi noir. Pourtant, je vois aussi tout ce que tu as dis.

Mes yeux me piquent, ils me brûlent a cause de mes larmes dû a ma colère. Je m frotte les yeux et continue :

- Il y a toujours une lumière dans le noir. Comme les étoile !

Les larmes ruisselaient sur les joues de Raven, donnant une autre beauté a son visage. On y voyais un tout autre sentiment que la violence. Sortant un paquet de kleenex, je lui met a ses pieds. Après cela, je ne sais plus où me mettre. Je trépigne des pieds, avant de m'écrouler a son côté, le menton haut, les sourcils froncés et ... le visage rouge. GNANNNNNNNNNN ! Pourquoi Maman m'a t-elle donné cette manie !
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Jeu 4 Fév - 19:58

Elle était mignonne avec ses mains sur ces oreilles cette petite jeune qui ne voulait visiblement pas affronter la réalité mais c’était comme ça que Raven voyait le monde et même si ses joues humides de larmes se ridaient derrière un début de sourire attendrit c’est comme cela que ça allait rester. Elle observa un moment le paquet posé à ses pieds et le prit un mouchoir pour essuyer les larmes naissantes des yeux de Célestine. Le geste était un peu rude et maladroit mais on sentait qu’il y avait une vraie volonté de tendresse derrière. Le chef des renégats contempla ensuite la jeune fille, la regardant avec des yeux tendres et s’approcha d’elle. Elle hésita une fraction de seconde manquant presque de l’embrasser mais la pris dans ses bras avec force. Accroupie à sa hauteur Raven cala sa tête sur l’épaule de la jeune fille pour mieux profiter de ce moment de tendresse, son premier moment de tendresse peut-être. Sa tête quitta ensuite son creux douillet et ses lèvres s’approchèrent de l’oreille de Célestine.

Merci…

Ce murmure mélangeait mélancolie, soulagement et tendresse. Elle serra plus fort la jeune fille contre elle avant de se relever et de lui ébouriffer les cheveux du dessus de la tête. Elle remis le paquet de mouchoirs dans ses mains e jeta ensuite un oeil anxieux aux alentours, sûrement pour vérifier que personne ne les avait vues, surtout ses propres troupes. Poussant un soupire de soulagement, elle regarda avec tendresse la petite fille qui se tenait devant elle. Ses joues se tintèrent de rose alors qu’elle souriait à lèvre fermées puis soudain ses pupilles se dilatèrent, ses yeux se tintèrent de peur et ses dents se serrèrent. Détournant le regard elle se retourna, gênée par ces nouveaux sentiments qu’elle n’avait jamais éprouvé.

Qu’est-ce qu’il se passait? Elle semblait se tendre serrant fort les poings. Devait-elle se méfier de cela? Etait-ce un charme, un sort, quelque chose de dangereux? Elle fixait ses pieds avec insistance, n’osant maintenant plus se retourner. Se pourrait-il qu’elle ait de l’affection pour un démon? Impossible! Elle se tenait maintenant la tête perdue entre ses idéaux et cet affection qui naissait, ne sachant plus quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Jeu 4 Fév - 22:37

MAMAN !! Pourquoi m'as-tu fait hériter de tes rougeurs intempestives ! Puis un poings atterrit sur ma joue. Ah non, c'est plutôt une main un peu rude essayant d'essuyer mes pauvres larmes solitaires. Le mouvement irritent mes paupières, accentuant ainsi le rouge de mon visage. Mes remarques se perdent quelque part dans ma tête, me laissant avec ses réflexions : Sa manière d'arrêter mes larmes est unique. J'ai cru pendant une seconde me prendre un poing en pleine figure. Elle me fait penser à quelqu'un dans sa manière de faire ... Ah, mais oui ! Maman ... Elle aussi est un peu rude, pourtant ses gestes débordent d'amour pour moi. Cependant, Raven n'est pas ma mère, et je ne suis pas sa fille.

Tandis que la chef des Renégat arrête son geste, et me regarde intensément. Moi j'essaye de comprendre. Elle m'a enlevé, m'a étranglé, me protège de ses acolytes et sèchent mes larmes. Alors que ces une Renégats, et pas n'importe laquelle, c'est le chef du plus gros regroupement d'insurgés ! Inconsciemment, comme après une gifle, ma mains vient caresser là où Raven a frotter larmes. Moi même, j'ai reconnus que quelque chose m'a poussée à la croire, à me rapprocher d'elle. Puis, je ne voulais plus entendre parler d'elle. Quand je suis près de cette femme, deux images s'opposent : d'un côté, l'humaine que j'arrive a voir; et de l'autre, la cruelle Renégat. Je déteste ses acolytes, ils m'ont regardée comme si je ne suis qu'une horreur ! Mais qui est la VRAIE Raven ? Et quel est se sentiment lorsque je regarde ses yeux bleus ?

Hein ?? Attend, elle me sert dans ses bras ? Ses long bras musclé me sert contre elle. Sa tête vient alors se poser dans le creux de mon épaule. Comme un petit oisillon, mon coeur bat d'un rythme soutenu. Le corps de Raven semble faire deux fois le miens, tandis qu'elle est accroupie à ma hauteur. Le seule terme qui me vient a l'esprit est : mignonne. Mon corps se tend alors comme un arc, la tête me tourne alors que pouls s'accélère encore et je bégaye :

- Ra ... Rav ... Raven ?

* Avale sa salive *

- Tu sais, tu me fait penser a une petite soeur comme ça !* rire nerveux *

Le jour où Raven sera ma soeur, les moutons tomberons du ciel ! Na mais je suis bête ou quoi ! Soudain, le poids de Raven disparaît. Sa tête a quitté mon épaules, et doucement, elle s'approche de moi. Son souffle chaud court sur mon visage, j'ai l'impression qu'elle va faire quelque chose. Je me recule quand elle se rapproche. Cependant, son étreinte m'emprisonne, m'oblige a rester près d'elle. Alors, je vois sa bouche se diriger tout droit vers mon oreille. Ses paroles murmurés me font frissonner.

- Merci ...

Mes yeux s'ouvre en grand, ma respiration est bloquée. Pour ne rien arranger, son étreinte devient plus forte, me collant contre son cou. Ses cheveux viennent chatouiller mon nez, me faisant éternuer. J'avais brisé ce moment magique. Un instant plus tard, elle me repoussé, en m'ébouriffant la tête.

- Non ! Tu vas me défaire mes noeuds !

S'il y avait bien une autre chose a laquelle je tenait autant que mon briquet, c'était mes rubans. Seulement, mieux valait le garder secret pour l'instant, au cas où il prendrait l'envie a Raven de me les piquer aussi. Tient, c'est vrai ! MON BRIQUET ! Je l'avais oubliée ! Comment j'ai pus ... Enfin, disons que je ne fait rien pour l'instant. Oui c'est ça, gardons cette tâche pour plus tard. Mais là ... là ...

Baissant les yeux sur le ruisseau, j'en admire le courrant avant d'y jeter une pierre et de dire :

- Raven .... Maman va pleurer si je ne rentre pas ... Mais je ne peux pas rentrer avec tes acolytes qui me surveille ... et toi avec.

Bien résolue, je me lève d'un bond, époussette ma jupe, et viens me planter devant Raven.

- Maman est ce qu'il y a de plus important pour moi. Sans elle, je ne serais pas là. J'aime ma mère plus que n'importe qui, alors s'il te plait Raven, aide-moi...

Nerveuse, j'avais déballé tout mon sac. Néanmoins, je voyais a présent que je m'étais trompée. Je n'aurais pas dû dire ça. Les yeux de Raven semblée avoir changés, sa posture aussi. Un brin préocupé, je m'avance et tapote le bras de Raven :

- Raven ??
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Dim 7 Fév - 22:22

Raven esquissa un sourire alors que la petite protestait pour ses noeuds. Elle appuya le geste pour la décoiffer encore un peu puis se recula un peu pour la contempler avec une certaine tendresse. Le sourire s’élargit a nouveau laissant passer quelques dents alors qu’elle l’observait jeter ses petits cailloux. Elle était amusante cette petite avec sa détermination à se tenir devant Raven. Celle-ci ne pouvait s’empêcher de se projeter en elle et de se dire qu’elle aurait été comme ça si la vie avait été différente, un peu teigneuse et très émotive, oui…

D’abord touchée par ses paroles sur sa mère le chef des renégats passa sa main avec douceur sur la joue de Célestine. Un geste encore une fois maladroit mais se voulant rassurant. Sa mère… Qu’est-ce qu’elle avait pu lui manquer dans sa jeunesse, elle n’avait personne que ce soit pour les moments de joies comme ceux de tristesse elle avait du les vivre seule. Elle s’était forgée seule et par orgueil elle en était fière mais au fond elle en gardait des blessures profondes. Elle détourna le regard pour fixer à son tour l’eau qui coulait alors que des larmes venaient à ses yeux.

Tu comptes… Me laisser alors…

Tremblant un peu elle se ressaisit, serrant les poings alors que sa colère naturelle reprit le dessus. Comme ça sa mère l’attendait et bien soit! Elle attendrait se disait-elle. Elle fronça les sourcils et sembla marmonner quelques insultes inaudibles entre ses lèvres. Puis comme une enfant elle rougit très fort et croisa les bras avant de se retourner.

Vas t’en si c’est comme ça.

Elle commença a s’éloigner le pas lourd mais au fond elle espérait de tout coeur que la petite revienne vers elle.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Mar 9 Fév - 12:36

Habituée. Comment se mot peut-il résumer se sentiment de vouloir encore sentir ses long doigts blancs frôler ma joue. Leurs chaleurs m'on électrisée, mais la stupeur est passé plus vite que la dernière fois. Cependant, ses extrémités s'étaient déjà écarté de ma peau. Encore une fois, j'avais été trop lente. Les autres fois où Raven m'a touchée, je n'ai pas pus poser des questions. Mais là ?? Je peux ?? Mes yeux cherche une réponse dans ses iris cristallin. Néanmoins, je n'y trouve que la fuite. Sa tête coupe notre contacte visuelle tandis qu'elle se détourne. Quand elle fait se geste, j'ai l'impression qu'elle abandonne la partie, ou plutôt qu'elle m'abandonne, moi !

Sa voix résonne contre le bruit du court d'eau, remplissant ma tête d'une petite voix. Bien différente a celle que j'ai entendu la toute première fois, impérieuse et sinistre :

- Tu comptes… Me laisser alors…


Je me suis tus. Les yeux élargis par la peur et l'incompréhension, les pieds cloués au sol. N'étais-ce pas plutôt elle qui m'abandonnée a l'instant ?? Elle n'a pas pu tenir mon regard. Ne m'a pas répondu a mes questions ... A si, elle en a répondu a une seule.

" Comment est ton monde Raven ? "

- Vas t’en si c’est comme ça.

Clignant des yeux, j'essaye de comprendre ce qu'il s'est passé. Raven me fait face, les joues rouges, les yeux humides et les bras croisés. Le choque est tel qu'il me faut au moins une bonne dizaines de secondes pour que mon cerveaux se reconnecte. Je savais que Maman et moi étions semblable. Cependant, je croyais n'avoir de lien aussi fort ( a part Avano ), qu'avec ma mère. Voir Raven se présenter comme mon propre reflet ... C'étais comme si les rôles c'étaient inversé un moment, j'étais celle qui devait quoi faire. Et Raven était celle qui subissait le contre coups de mes choix. N'ayant pratiquement jamais eut de poids sur quoique ce soit, ça me fis peur. Si peur qu'au début, je voulus répliquer :

" Vas-y ! Va t'en loin de moi ! Comme ça j'aurais une ennemie de moins ! "

Cependant ... Lorsque je me rend compte que ces pas s'éloigne de moi, qu'elle s'écarte de moi ... Qu'elle me fuit. J'ai le coeur qui se brise, ma voix reste enfermée dans ma gorge, mes pieds ne bouge toujours pas. Alors je me débat. Un pas après l'autre, je me rapproche de Raven. Tout d'abord, c'est difficile, je n'ai pratiquement pas de souvenir avec cette femme. Elle viens seulement d'atterrir dans ma vie. Puis, mes pieds deviennent plus léger au fur et a mesure. Je n'ai plus que son nom en tête : Raven. Raven ! RAVEN ! Et avant que je ne m'en rende compte, Je crie son nom de toute ma voix, tant pis si les deux acolytes m'entendent. Ils n'existent plus en cet instant pour moi. Seule une personne, celle qui essaye de partir loin de moi, existe pour moi, en cet instant:

- RAVEEEEEEEEEEEEEEEEEEEN !

Ma main accroche une partie de son armure. Un si petit morceaux de tissus, puis une manche, et enfin une épaule. D'un petit saut, je m'élance, et avec autant de surprise que Raven .... Je m'accroche a son cou. Mon briquet est momentanément passé au second plan, les victimes aussi, seule cette étreinte compte. Ou plutôt la chute, dans mon élan, nous nous sommes renversée sur un tapi de mousse. Un long silence suivi ma prise de force, comme si les arbres eux-mêmes attendaient la suite. Alors que j'aurais dû desserrer mes bras du cou de la Renégat, ma poigne se fait au contraire plus forte. Je tremble comme une feuille, ma tête caché dans le creux du cou de la jeune femme. Seule la sensation d'humidité sur son épaule pourrais lui indiquer que je pleure.

Pour une fois, je lui dis ce que je pense vraiment, ou en tout cas, ce que je ressent même si je sais que ce n'est pas bien. La vérité coule de ma langue au tympans de Raven, avec une voix a fendre l'âme. Deux mots, pour tout résumer :

- Je reste ...

Et comme si les rouages de mon cerveau fonctionnaient, je me redresse, les mains appuyés sur ses épaules. Mon visage au dessus du sien la regarde de haut, le rouge sur le bout de mon nez et mes paupières sont les seules signes de mon emportement. D'un geste rageur, je viens me frotter les yeux, puis je réplique :

- La prochaine fois que tu me fait un coup comme ça, je pars ! Ok !

Comme un ressort, je me relève et m'écarte de la jeune femme. La tête me tourne un petit peu, et un pic de douleur me prend la tête. Tout cela parce que je n'ai pas arrêter de pleurer. Raaaaaaaaaaah !
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Mar 9 Fév - 23:42

Ses muscles se tendaient. Ses mains se serraient fort de plus en plus fort à mesure qu’elle s’éloignait de Célestine. Elle n’espérait qu’une chose : être retenue. Oui elle voulait qu’elle la retienne du fond de son coeur et face à sa solitude alors que ses pas lourds et hésitants avançaient elle se disait pour se rassurer que dans le cas contraire elle la ferait tuer pour l’oublier. Enfin c’était ce qu’elle se disait pour se rassurer… Sa tête se baissa soudant quand la petite pleine de hargne lui lança ses provocations. Elle semblait vaciller comme si on lui plantait des couteaux dans le dos.

Heureusement une petite main l’arrêta en tenant son armure. Elle n’eut à peine le temps de se retourner que Célestine sauta à son cou avec élan la déstabilisant. Son prénom retentissait dans la petite plaine faisant ruisseler des larmes sur les joues de la renégate. Elle n’arriva pas à réceptionner le petit poids qui sautait sur elle et trébucha en arrière assez lourdement. L’étreinte se resserre et le coeur de Raven bat de plus en plus rapidement. Elle semble suffoquer non pas à cause de la poigne mais de l’inconfort que lui apportent ces nouveaux sentiment. Elle se sentait faible et avait peur, elle qui était connue pour être une tueuse impitoyable fondait devant une petite demie démone.

Assise sur les fesses elle se remis en tailleurs alors que l’étreinte se relâchait. Elle suivait des yeux ceux de Célestine la regardant avec un grand air innocent. Une expression presque enfantine se dessinait sur son visage effaçant l’image sévère qu’elle donnait habituellement. Les petites mains sur ses épaules la faisaient frissonner, elle écouta attentivement.

Un petit sourire se dessina en coin, ses joues rougissaient, elle contempla quelques temps sa partenaire puis détourna le regard, la laissa s’éloigner un peu, l’observait en coin. Elle était marrante avec sa bouille toute rouge. Elle… Attendrissait R aven… Celle-ci se leva à son tour, vînt à son niveau et posa ses mains sur ses épaules D’un geste vif et d’une poigne dominante elle la retourna face à elle. Elle sembla hésiter à l’embrasser, son visage s’approchant de sa bouche mais se résigna. Sa main gauche passa alors derrière sa tête l’autre main repoussa les èches de son front et elle apposa un baiser tendre et passionné sur celui-ci. Elle l’embrassa un moment avec amour oubliant tout ce qui se passait autour. Un moment unique pour elle, son premier acte de tendresse.;;

Ce n’est pas toi qui comande! Mais d’accord…

Un sourire maladroit accompagnait ces mots d’abord durs pour ensuite suggérer la plaisanterie. Elle glissa sa main le long de la taille de Célestine et en sortit le téléphone de la jeune fille qu’elle n’avait pas jugé bon de confisquer tout à l’heure. De l’autre main elle pris son téléphone et en quelques manipulations elle entra un code pirate dans celui de Célestine pour qu’elle puisse la contacter. En guise de démonstration elle tourna le téléphone vers elle sur un nouveau contact nommé “Corbeau” et l’appela faisant sonner le sien directement.

La ligne et sécurisée… Mais tu comprendra que c’est important que tu garde ça pour toi.

Elle tendait alors le téléphone en affichant une mine inquiète. On senti alors un hésitation de sa main à prendre son épée en guise de menace mais après avoir touché son pommeau elle se ravisa pour lui adresser un sourire sincère.

Je peux te faire confiance hein?
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Lun 22 Fév - 2:30

D'un geste leste, ses mains posées sur mes épaules me font pivoter. Mon monde se dérobe a moi pendant une seconde, avant de retrouver pieds devant Raven. Je proteste, enjoignant ainsi la jeune femme a abandonne tout autre marque de confiance entre elle et moi :

- Vous et moi, on est quitte ! Pas besoins de faire quoi que se soit d'autre !

Cependant, son visage se rapproche du mien. Elle s'abaisse a ma hauteur, elle si grande ! Pour la forme, je me doit de bien montrer que je suis contre :

- Arrête avec ce manège ! Tu vas faire quoi ?? Je t'ai dis de ne pas ... Enfin tu vois ! Alors arrête de ..

Puis, je sentis l'un de ses mains caresser ma nuque. Je sens ses ongles passer sur ma peau, ses doigts dans mes cheveux. Je suis aussi sensible que si ses phalanges étaient glacées. Un frisson me secoue de part en part, alors que Raven s'immobilise. J'appréhende son jugement, ou plutôt, le geste qu'elle va faire. Moi même, je ne sais pas ce que je souhaite. Attendre indéfiniment, ou que la révélation me tombe sur la tête ?? Je ne sais pas, ne sais plus ... Je tente de parler :

- ...

Mais j'ai la gorge aussi sèche que le désert. Mon sang bat plus vite, mon corps attend quelque " cette " chose. Mais va-t-elle le faire ?? En un instant, ses lèvres se retrouve sur mon front. Elles laissent une marque brûlante. J'ai autant envie qu'elle arrête, pour que je puisse reprendre contenance, que nous restions ainsi. Toujours rouge, mes yeux s'agrandissent sous la frayeurs. La même que celle qui m'a fait la poursuivre une seconde plus tôt. Pendant toute la durée de cet étrange baiser, je reste immobile. Ce n'est pas ce que j'attendais exactement. Mon être entier crie de frustration et de plaisir. Néanmoins, ce moment se brise lorsque la renégate assène ses paroles :

- Ce n’est pas toi qui comande! Mais d’accord…

-AH ?!

Ouais non, elle aurait pu trouver d'autres mots. Ou ... En faite non, son petit sourire timide tranche avec ses mots durs. Il est est là pour adoucir, montrer qu'elle se voulait apaisante. Mais comme je suid ce que je suis, eh bien ... :

- M'enfin bon, j'aurais voulu ... HIIIII ! * cri de souris *

Sa main est venu se glisser le long de ma taille. celà me surprend, me plait, me transforme, me tue ! Ma tête n'arrive pas a faire le trie, alors forcément, je fais une grimace. Alors, quand je vois que c'étais pour avoir mon téléphone. Je fais la moue, je boude, et essaye de m'extraire de ses bras. Je me débats sans trop forcer, et bien sur, je n'y arrive pas ! La force de cette femme est bien plus importante que la mienne. Elle n'a aucun mal a entrer dans mon téléphone, cela prouve de son intelligence. Pourtant, je ne dis rien sur cette intrusion et réplique plutôt :

- Tu veux que je t'ai dans mon répertoire ??

- La ligne et sécurisée… Mais tu comprendra que c’est important que tu garde ça pour toi.

- Tu ...

A regret, ma voix se brise lorsque je comprend. Elle a fait en sorte que je puisse l'appeler en secret. Des étoiles se mette a briller dans mes yeux, je suis tellement contente ... mais je ne sais pourquoi. J'apprécie cette femme, il est vrai. Cependant, il me manque un élément ...
D'une main un peu tremblante, je reprend mon téléphone que Raven me tend. Quand j'ouvre mon cellulaire, une demi seconde est nécessaire avant que l'image se stabilise. Le refermant et le rouvrant, je remarque que le bug ne se reproduis pas. Ce qu'elle a fait a mon téléphone a marchait on dirais. Un nouveau contacte a pris vie dans mon répertoire, au nom de " Corbeau ". D'une voix hésitante, j'entend la femme aux yeux myosotis me demander d'une petite voix :

- Je peux te faire confiance hein?

- Bien sûr !

Serrant fort le portable contre mon coeur, et écrasant ma main sur ma bouche, je me rend compte que j'ai parlé comme si c'étais une évidence. La réponse m'étais venu aussi naturellement que le courrant de l'eau suis la montagne. Un lourd silence s'ensuivit alors. Je savais ce qu voulais dire e numéro. Il signifiait ma liberté, si elle me l'avait donné, c'était parce qu'elle ne me garderait pas avec elle. Sous le coup, mon coeur se pinça, légèrement. Le monde se mis a tourner un instant autour de moi. Comme j'étais toujours dans ses bras, le sol ne rencontra pas ma tête. Et comme ce malaise fut court, la jeune femme ne s'en aperçut pas. Quand je suis sur qu'il n'y a plus de danger, je dis a Raven :

- Tu es ... Raven ...

Allez ! Un peu de nerf voyons ! Tu lui doit bien ça !

- Merci ...

Puis, une sombre idée me vient a l'esprit. Je ne la reverrais plus, jamais, jusqu'a ma mort ... Mon visage perd de ses couleurs, j'ai l'impression de suffoquer. Dans ma tête, contradiction et devoirs se mélangent. C'est donc d'une toute petite voix que je demande :

- On se reverra .... ? Ou pas ... ?
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Ven 26 Fév - 21:24

Raven prit la jeune fille dans ses bras. Ses mains passèrent avec amour et maladresse dans ses longs cheveux avant de redescendre sur les épaules. Elle s’agenouilla alors et la serra vers elle pour poser sa tête sur son épaule. Ses mains descendirent un peu plus pour la tenir à la taille puis elle les retira de peur d’aller trop loin avec un fille si jeune. Son coeur se brisait déjà à l’idée de la voir la quitter mais elle préparait effectivement son départ. Elle se releva alors et l'entraîna un peu plus loin à l'abri des regards de ses compères.

Oui… On se reverra.

Ses paroles étaient un peu sèches mais cachaient en fait des larmes qui montaient à ses yeux. Elle fouilla alors dans sa sacoche et sorti le petit briquet qu’elle avait subtilisé pour le serrer contre son coeur dans son poing serré.

Je le garde comme ça je suis sûre que tu reviendra.

Ses joues rosées s’illuminaient d’un sourire timide accompagné d’un regard tendre. Elle rangea alors le briquet et se remis à sa hauteur pour la regarder dans les yeux. Une larme coula sur sa joue alors qu’elle l’enlaçait de nouveau. La serrant un peu fort en tremblant sous l’effet soudain du sanglot. Elle resta pendant quelques secondes dans cette positions retenant du mieux qu’elle pouvait ses larmes même si quelques unes tombaient au contact de Célestine.

La renégate se releva alors et contempla l’horizon. Au loin s’élevait la ville et ses lumières. Raven esquissa un sourire sadique en pensant à la pagaille qui devait se passer là-bas avant de faire face à Célestine.

Tu le sais je suis recherchée et considérée comme une criminelle, seule toi décidera si on se revoit.

Lui adressant un énième sourire elle tapota la poche qui contenait le téléphone et en profita pour lui tapoter la cuisse. Elle se préparait maintenant à la laisser partir dès qu'elle aurait dit ce qu’elle avait à dire.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité

MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    Mar 8 Mar - 23:16

Encore des caresse, elles font faire des embardé a mon coeur. Va t-il s'arrêter ?? Il a dû manquer un battement lorsque Raven me répond :

- Oui… On se reverra.

Ma vu se brouille doucement, apportant de douces larme sur mes joues. Impossible de voir précisément ce que fais la jeune femme, mais qu'importe. Elle ne me fera plus de mal.

- Je le garde comme ça je suis sûre que tu reviendra.

- De quoi ??

Frottant mes yeux rougis par mes larme, je distingue enfin quelque chose. Appuyé contre le coeur de Bloody, mon briquet andalou rayonne avec les fins rayons du Soleil.

- Promet de le protéger alors ! Il est ... précieux pour moi ...

Oui si précieux, même si je ne l'ai plus. Je veux au moins savoir qu'il est en sécurité. Les yeux encore irrité, je me frotte a nouveau les yeux. Puis, je sens a nouveau la chaleur du corps de cette femme. Elle m'enserre de ses griffes, marque mon coeur, tremble a chacune de ... a chaque sanglots ?? En me décalant légèrement, je vois un visage rempli de larme. Comme la pluie, ces perles tombent une a une. Marquant le sol, et ma mémoire. Je ne peux résister a l'envie de recueillir ses larmes dans une petite fiole vide. Ce récipient contenait du parfum anciennement. Chaque goutte tombe en émettant un son cristallin contre la paroi de verre du récipient.


* Cling *
* Cling *
* Cling *

J'ai toujours adoré la pluie, mais plus que la pluie, c'est comme si ces larmes étaient faite de crystal. C'est beau, plus beau que toute les choses que j'ai pus voir. Lorsque les larmes son tari, je remarque qu'elles sont devenus des perles d'eau. Alors, la jeune femme se redressent, et je range mon nouveau trésor. En regardant d'un peu plus près mon manteau, on remarque que le blanc a laisser place a des tâches bouseuses.

- Tu le sais je suis recherchée et considérée comme une criminelle, seule toi décidera si on se revoit.

Dit la renégate lorsque je constatais que me chaussures étaient pleines de boues aussi. Je n'ai pas le temps de lever les yeux, qu'elle me tapote ma poche et ma cuisse. En signe de réponse immédiate, et parce que je suis ainsi, je lui tape doucement la main et fait la moue.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini    

Revenir en haut Aller en bas
 

Un de ces jour où on aurais dû rester couchée ( Pv Raven ) [ VIOLENT ] Fini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tu aurais dû rester au camp [Alex]
» ezéckiel × je l'aurais un jour. je l'aurais. × terminé
» J'aurais dû rester chez moi | Harry
» [Event:Noël] Le jour où il aurait mieux valu rester couché(e)
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Clos :: Zone Hors Rp :: Archives :: Archives Rp-