Ville Onmyouji est un forum RPG fait pour les amoureux de la fantasy, de l'aventure, mais aussi des univers "scolaires".

Sur ce forum il est possible d'interpréter des élèves comme des adultes au milieu de deux mondes différents peuplés de créatures fantastiques.

Ici, vous aurez le choix de vivre une vie normale, ou bien d'apprendre les arcanes de la magie et de défendre la Terre et Momo -la dimension d'à côté- contre de dangereux monstres!

Devenez traqueur ou forgeron, politicien, mafieux ou encore simple fonctionnaire ! Accomplissez des quêtes et perfectionnez vos pouvoirs ! Partez à la chasse ou venez nous aider à explorer les terres inconnues...dans tous les cas nous n'attendons que vous !

(Nouveau Forum, Accueil Convivial, Plusieurs Races, H/Y/Y Autorisé, NC-16)
Contexte Races Magie Célestia Avatar





Alexander Valcherra | Fondateur
Présent Profil
Akiko Gotô | Fondatrice
Présent Profil
Lyna Inukai | Administratrice
Présent Profil

























Ce forum est fermé
 
Chat BoxActuellement de connecté sur la CB, vous trouverez :



Revenir en haut Aller en bas

Partagez | 
 

 Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Mer 13 Jan - 11:42

Il était 2h de la nuit, et je n'arrivais pas à dormir. C'était un fait. Je ne cessais de tourner et retourner dans mon lit pour essayer de trouver une bonne position, mais ça ne marchait vraisemblablement pas, car cela faisait bien 2h que je remuais. La cause de mon insomnie ? Ma journée d'hier je crois...

Mon ex-meilleure amie me déteste (encore ça, je savais que ça arriverait un jour) à cause de la gaffe de ma cousine et de sa meilleure amie, qui me fait la gueule, soi-disant passant, le stresse qui m'est trop monté à la tête et j'ai fini par perdre le contrôle - j'étais fière, ça allait faire presque un an que j'aurais réussi à garder le sang froid - et du coup, j'ai failli tuer un humain qui passait par-là mais heureusement que mon oncle, directeur de l'Académie a vite rappliqué pour me calmer ; enfin, "heureusement", je me suis pris une belle raclée, et bien sermonnée par ma mère qui m'a ramené au lieu familial pour garder un œil sur moi.

Vous me direz, avec tout ça, j'aurais le droit de déprimer un bon coup. Eh bien, non, je n'étais pas triste, vide ou bien démoraliser, non, j'étais haineux. Juste ça. J'en voulais à Lyna, qui avait envoyé à la poubelle notre amitié de plusieurs années en une seule seconde. À Frey, que je considérais comme la plus grande des pestes et des idiotes en ce jour. À Erika, qui me faisait la gueule pour aucune raison apparente - mais je m'en voulais aussi, en ayant dit mon vrai nom. Encore à moi, parce que je paniquais. À ma mère, trop protectrice, qui ne voulait rien entendre de mes paroles en disant que je me sentais mieux. En fait, j'en voulais au monde entier. Ouais, à tout le monde, sans exception.

- "Raah, putain !"

Brusquement, je me relevais en position assise dans mon lit, ma couverture glissant de mon torse dénudé mais qui ne sentait même pas la fraîcheur de la nuit, car en moi, tout bouillonnait, et je connaissais le moyen de me calmer ; frapper, évacuer ma haine par des coups, sur un de mes sacs de frappe. Oui, il me fallait ça. Mais je n'étais pas chez moi, donc je n'avais pas ma petite salle d'entraînement...

Pas grave, j'avais d'autres solutions.

D'un bond, je quittais mon plumard et gagnais mon armoire, toujours remplie de certaines de mes affaires car il m'arrivait de passer quelques jours au manoir. J'enfilais donc un marcel noir et un bas de jogging gris et fis rapidement mon bandage - il était loin d'être parfait, mais ça ferait l'affaire. Je me chaussai et, après réflexion, je décidais de descendre par la fenêtre, car ma mère était beaucoup trop à l’affût pour ne pas entendre mes pas dans les couloirs, ni la grande porte d'entrée s'ouvrir et se refermer.

Donc, j'ouvris la fenêtre et regardai en contrebas. Bon, il doit y avoir 7m, c'est faisable. Je m'accroupis sur le rebord de la fenêtre, et d'une poussée, sautai, restant quelque temps en suspension pour finalement tomber comme une pierre, bien que je ré atterrisse sans bruit en roulade et debout de suite après, comme me l'avait appris l'entraîneur - un grand démon. Je jetais un dernier regard au manoir et filai à petites foulées, ne sentant toujours pas le froid, même avec pour haut un simple t-shirt.

Je courus comme ça pendant une petite dizaine de minutes et passai l'un des portails sans encombre avec mon droit de passage pour atterrir à Shibasaki, non loin de l'Académie, car c'était là-bas que je voulais me rendre. Vous allez me dire, "Ketsu, il est 2h du mat, comment tu comptes rentrer sans déclencher les alarmes" ? Tout simplement avec encore une fois un droit de passage donné depuis déjà pas mal de temps par mon - gentil - oncle. C'est donc sans encombre que je pénétrais dans l'Académie, arrivant dans le hall, je me dirigeais sans faire de bruit vers l'immense salle d'entraînement.

Alors que j'allais ouvrir - presque - brusquement la porte, car je ne me calmais toujours pas, j'entendis du bruit à l'intérieur, des bruits de frappe, des essoufflement et des râles.

- "Merde, qui est assez fou pour venir comme moi à cette heure ici ?"

Cela m'avait refroidi, et me donnait presque envie de retourner chez moi. Mais, d'un coup, ma rage déferla tel un ras de marrer en moi, me rappelant, que, non, je ne pouvais pas rentrer sans m'être défoulé avant. J'aurais pu allez à ma salle à moi, mais celle-ci était plus grande, et surtout plus proche, car mon appartement était plutôt loin, et j'avais vraiment besoin de frapper.

C'est donc plus doucement que j'ouvris en grand la porte, et cherchai directement des yeux la personne déjà sur les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 57
Date d'inscription : 13/12/2015
Age : 20

Feuille de personnage
Age: 35
Couple:
Autre(s):
avatar
Exorciste


Valentia Ludemberg

Exorciste

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Mer 13 Jan - 22:08

~Une visite désarçonnante~
 

Valentia avait passé une très très longue journée. Il était vers minuit quand elle arriva dans sa chambre, mais elle était beaucoup trop excitée pour dormir. En même temps on peut dire que ça journée ne fut pas des plus simple. Tout ça à cause d'un élément déclencheur, Erika. Elle avait débouler et tout avait dégénérer à partir de là. Une avec la main brisée, un autre avec un nez de travers. Et qu'elle galère de s'occuper des dépositions d'accident !
La voilà qui tournait en rond dans son lit à ressasser sa journée. Rien de bien concluant à vrai dire puisqu'elle se leva et attrapa ses gants de boxes. Elle n'était pas fatiguée, alors elle allait faire ce qu'elle savait faire de mieux. S'entraîner.

Elle arriva dans la salle d'entraînement une demie heure plus tard, évidemment la salle étant déserte. En même temps qui allait bien vouloir s'entraîner à minuit passé.
Avec un grand sourire de satisfaction, elle enfila ses gants et s'échauffa, soupirant d'aise dans ce milieu qu'elle appréciait tout autant que sa chère bibliothèque. Elle sortit des écouteur pour se mettre de la musique, et commença à taper dans un sac. A chaque coups, elle soufflait et lâchait de petits râles comme elle avait apprit, et sentait la légèreté la gagner. Elle n'était en colère contre personne, elle avait juste besoin de se changer les idées. Et voilà qu'elle était partie dans ses enchaînements d'exercices, un coup de la boxe, un coup du karaté, tout ça se suivait sans qu'elle ne s'en rende compte.

A un moment, au milieu de ses coups contre un pauvre rondin de bois, elle entendit une porte se claquer. Elle arrêta son exercice et en profita pour jeter un œil à l'horloge. 2h20, cela faisait maintenant presque 2h qu'elle était ici mais elle était à peine fatiguée. Elle détestait ce genre de jour, car si elle n'était pas fatiguée maintenant, elle savait que demain allait être d'un autre ressort.
Elle se pencha vers la porte, et vit un garçon s'avancer. Il avait un air sévère, mais semblait être venu ici pour s'entraîner comme elle. Elle enleva ses écouteurs et s'avança pour qu'il la voit.

Salut ! Toi aussi t'es venu te défouler au milieu de la nuit ?

Elle émit un petit rire, définitivement persuadée qu'ils étaient aussi fous l'un que l'autre. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Ven 15 Jan - 11:19

J'avançais dans la pièce, cherchant des yeux l'"intrus", qui se montra de lui-même. C'était une belle femme aux longs cheveux bruns, plutôt grande, habillée d'un haut blanc et d'une jupe courte noire rattachée par des bretelles de la même couleur, dévoilant ses bras et ses jambes qui semblait bien musclée et pour compléter cette allure de combattante elle portait des gants de boxe.

"Salut ! Toi aussi t'es venu te défouler au milieu de la nuit ?"

Me demanda-t-elle agrémenté d'un petit rire.

- "Combattante, mais chaleureuse, apparemment...

Le contraste était amusant, et je crois que cela a eu un bon effet sur moi, car mon corps tendu jusque-là se détendit d'un coup, et même un petit sourire amusé se dessina sur mes lèvres lorsque je lui répondis ;

- J'étais trop énervé pour trouver le sommeil, et je sais que pour me calmer, le seul moyen est de venir frapper dans un sac (je me dirigeais vers l'autre bout de la salle). Sur ce, c'est ce que je vais faire. Bonne séance de frappe, finissais-je à l'encontre de la brune, agrémenté d'un presque sourire mesquin.

J'atteins l'autre bout de l'immense salle calmement, vérifiant avec détachement mes bandages, si bien que je ne remarquais même pas qu'ils étaient loin d'être bien, et je me positionnais devant un sac de frappe, en faisant attention pour être le moins vu possible de la femme. Je voulais être seul dans mon monde, et pas que je sente le regard de quelqu'un sur moi, car j'allais sans doute pas faire attention à mes coups, qui allaient peut-être ressembler à rien, et en ayant inspecté cette femme, elle me paraissait si connaître - donc, les conseils, réprimandes, pas ce soir ! Il fallait que je calme mes nerfs d'abord.

Je vidais mes poumons, me positionna et laissa faire. Mes frappes claquées et fluides commencèrent en même temps que je me mis à tourner autour du sac, laissant mon esprit vagabonder comme il le voulait. Et si je reprenais mes reproches ? Bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 57
Date d'inscription : 13/12/2015
Age : 20

Feuille de personnage
Age: 35
Couple:
Autre(s):
avatar
Exorciste


Valentia Ludemberg

Exorciste

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Ven 15 Jan - 16:28

~Une visite désarçonnante~
 

Le garçon qui était entré dans la salle semblait assez jeune, et agressif dans sa posture. Valentia cru reconnaître le neveu du directeur de l'établissement mais n'en était pas sûre alors haussa les épaules en l'écoutant parler.

J'étais trop énervé pour trouver le sommeil, et je sais que pour me calmer, le seul moyen est de venir frapper dans un sac. Sur ce, c'est ce que je vais faire. Bonne séance de frappe.

Il avait traverser toute la salle et était passer derrière des tapis et sacs, si bien que désormais elle ne le voyait plus. Elle écarquilla les yeux devant la réaction de ce garçon au sourire particulier, qui semblait lui aussi ne pas réussir à trouver le sommeil, mais qui était très énervé. Après tout lui aussi avait son moyen de se détendre, et elle comptait bien le laisser se défouler tout seul s'il en avait besoin.
Elle remit ses écouteurs dans ses oreilles et commença des étirements pour éviter les crampes, décidant de faire une petite pause. Elle se dirigea vers un banc un peu plus loin sur lequel elle avait poser une bouteille d'eau et une serviette. Elle ne voyait toujours pas le garçon et même si elle ne voulait le déranger, elle se demandait vraiment s'il savait se battre, ou s'il faisait juste ça pour se défouler...

Elle entendait les coups portés dans le sac en arrière plan derrière sa musique, et s'assit sur le banc, regardant si le sommeil venait ou pas. Manifestement ce n'était pas encore le moment...
Elle se leva donc et s'étira de tout son long, partant dans une séance de stretching, toujours bon pour la santé.
Elle avait complètement oublier ses problèmes de la journée, et continuait ses exercices sans vraiment penser à rien. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Ven 15 Jan - 18:51

Je décidais de visualiser mes reproches sur le sac de frappe - parce que je n'étais pas capable de frapper les personnes. Alors, c'est parti, commençons par Lyna, et son père. Oui, lui, cet ordure, que j'ai toujours détesté sans jamais l'avoir vu. Un parfait salaud doublé d'un malade qui a fait souffrir mon ex-coéquipière, qui l'a rendu telle qu'elle est, une femme qui m'a oubliée en une seconde car mon nom est "Hesediel". C'est fou, ça quand même ! Depuis nos 16 ans, on se connaît, on a eu des pacqué d'histoires, je lui ai même sauvé la vie sans même la connaître réellement, mais non, non, je m'appelle Hesediel, j'existe plus. Vraiment, je lui en voulais pour ça, et je la détestais presque sur le coup, mais en même temps, je sais que ça vient de son éducation de malade avec son père... Mais je suis trop naïf aussi, haha. Moi qui pensais que 16 ans de lavage de cerveau - et ça continuait encore - allaient disparaître parce que c'était moi, son meilleur ami, mais non, bien sûr, que suis-je bête.

Un rictus aigre plissa mes lèvres tandis que je commençais lentement à plonger dans ma rancœur, mes coups un peu moins parfaits à chaque fois.

Et ces idiotes de Freya et d'Erika ! Ouais, elles faisaient la paire, y a pas à dire, toutes les deux douées pour les gaffes, 20/20 sans hésiter ! Freya, dans sa soif de haine contre Lyna se sentait obliger à cracher son venin partout, en lâchant presque cette putain de bourde, mais qui avait suffi, grâce à Erika, dans son innocence que je trouvais sur le coup énervant pour que Lyna comprenne. J'avais ma part de responsabilité pour Eri, c'est vrai, et je l'admettais sans problème. Mais, dites-moi, elles sont amies depuis combien de temps, hein ? Freya, qui adorait parler de Lyna, n'aurait pas pu aborder le sujet que je cachais mon identité ? Non, apparemment, elle parlait juste de Lyna, encore pour une où j'existais pas, tellement sympa. J'en voulais quand même à Eri pour n'être centré que sur elle-même. Elle n'aurait pas pu remarquer mon état, mon regard qui lui disait implicitement "fait moi confiance", non, non, elle s'était juste énervé comme elle sait si bien le faire.

- "Eh mais, j'y pense, je viens de me mettre à dos la deuxième princesse du Royaume, si ce n'est pas génial !", pensais-je, ma rancœur commençant sérieusement à me submerger alors qu'un sourire moqueur apparaissait sur mes lèvres tendit que mes coups se faisaient plus violents, moins claqués et moins fluides, mes pas se faisant moins nombreux.

Et moi, oui, moi. Qu'est-ce que je me détestais. En 8 ans d'amitié, je n'ai jamais été foutu de cracher la vérité à Lyna - pauvre trouillard -, ce qui voulait dire que je n'ai jamais été capable de me séparer d'elle, n'arrivant même pas à m'imaginer seul, sans être aux côtés de ma coéquipière - ah, ex-coéquipière -, là pour me soutenir, pour pas que je m'écroule. En fait, c'est ça, Lyna était mon pilier, avant c'était ma mère, je n'ai jamais été capable de me tenir debout tout seul ! Putain, mais qu'est-ce que je me déteste. Je n'ai jamais vraiment réussi à gérer mon pouvoir, mes crises - pauvre faible -, rien de tout ça, si bien que j'ai failli tuer quelqu'un avant-hier. Et pourtant, un démon, c'est censé avoir ça dans les gènes, hein ? Bah, bordel, je dois avoir un sérieux problème, moi ! J'ai même pas été capable de sortir ma fausse identité à une princesse du Royaume - pauvre incapable. En plus, ça m'a mis dans de beaux draps !

Je soufflais fortement, transpirait à grosse goûtes, mes coups étaient juste devenues de la puissance à l'état pur, plus rien de fluide, plus rien de claquer, je ne me déplaçais même plus, mes pauses entre mes coups étaient trop longues, mes phalanges étaient égratignées car mon bandage était à moitié défait, mais je ne m'en rendais même pas compte, complètement submergé par ma rage.

Franchement, franchement, j'étais la pire des merdes. Je me détestais du plus profond de mon cœur. J'en voulais au monde entier, et à moi en premier. J'en voulais à ma mère biologique, au lieu de m'avoir abandonné, qu'elle ne m'ait pas tout de suite tué, ça m'aurait évité de me détester. À ma mère adoptive, de m'avoir trouvé ce jour-là et de m'avoir sauvé, de m'avoir aimé, de m'avoir rendu "bon" quelque part, car je ne pouvais me détester entièrement. À ma famille entière, d'être si parfaite, car je ne pouvais les détester comme le faisait Lyna, et je ne pouvais me détester non plus, à cause de ce nom. J'en voulais même au Roi. Ouais, aucun souci, je pourrais le dire haut et fort, j'en voulais à ce Roi, à notre Dieu, car si c'est notre Dieu, comme le Dieu de chez les humains, c'est lui le maître du destin, qui m'a voulu si faible, si pathétique et qui m'a tout simplement foutu au monde, qui la voulut. Je le détestais, car à cause de lui, j'étais vivant, et je savais que je ne me suiciderais jamais, non, juste que j'allais me détester toute ma vie, et que j'allais tout simplement haïr la vie en elle-même.

Et c'est dans un énorme coup que toute ma haine déferla accompagnée d'un grognement sonore qui ressemblait à celui d'une bête, que je me lâchai totalement, me vidant totalement de mon énergie, comme si je voulais me tuer dans ce coup, ce coup de poing dévastateur qui déchira pour de bon la peau de mes phalanges ainsi que celle de mes doigts et qui réussit même l'exploit de dégager le sac sur plusieurs mètres, le coup ayant brisé la chaîne qui le retenait en suspension.

J'étais épuisé, courbé en deux, les bras lâches, mes mèches de cheveux me tombant sur les yeux, mon t-shirt me collant à la peau dû à ma transpiration et mes poings m'élançaient. Essoufflé comme je ne l'avais jamais été, je me redressai en inspectant mes mains. Aïe, elles étaient dans un sale état, elles allaient mettre un certain temps à cicatriser. D'un coup, sans même plus faire attention à rien, je m'asseyais brusquement au sol, fatigué, presque mort.

Je n'étais plus énervé, c'était déjà ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 57
Date d'inscription : 13/12/2015
Age : 20

Feuille de personnage
Age: 35
Couple:
Autre(s):
avatar
Exorciste


Valentia Ludemberg

Exorciste

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Sam 16 Jan - 15:28

~Une visite désarçonnante~
 

Alors qu'elle s'étirait, elle entendait les coups du garçon sur le sac devenirs de plus en plus secs et pas contrôlés. Elle retira un de ses écouteurs pour pouvoir entendre plus distinctement. Ce n'est pas qu'elle s’inquiétait mais tant qu'à faire, elle voulait éviter qu'un élève se fasse mal en sa présence, alors qu'elle représentait un peu la figure d'autorité, étant la seule personne adulte dans le coin. Elle écoutait donc d'une oreille que tout ce passait bien.

En cognant, le garçon commençait à pousser des cris de plus en plus violent. Il devait vraiment être très énervé...
Puis d'un coup, un gros bruit retentit, ce qui fit sursauter Valentia. Ce n'était pas un bruit qu'on aurait du entendre normalement, mais plus comme si une chaîne cassait. Elle se releva et avança doucement en direction d'où venait le bruit. Elle vit un sac de sable un peu plus loin, explosé au sol, et le garçon assit par terre essoufflé, les poings en sang, du moins avec la peau arrachée.
Elle vint devant lui, se mettant à genou pour être en face de lui. Elle pencha la tête sur le côté en fronçant un sourcil.

Eh bah... T'y es pas aller de main morte...

Elle regarda ses mains et les prit dans les siennes pour les examiner.

Regarde moi ça... Tu avais fais tes bandages n'importe comment... Fallait t'arrêter avant d'en arriver là. Ça fait encore quelqu'un privé de boxe à cause de sa aujourd'hui... Vous pensez pas à vous les jeunes... Bouge pas je reviens.

Elle se relava en réfléchissant à la position de la trousse de secours. Il lui semblait qu'il y en avait une à l'entrée du gymnase mais elle n'en était pas sûre. Elle alla quand même vérifier et revint avec une trousse de secours. Soupirant à l'idée de refaire un pansement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Sam 16 Jan - 18:21

Je n'étais plus énervé, mais je ne me sentais pas somnolent pour autant. Merde, le sommeil allait encore me fuir ? Je n'avais pas besoin de ça... Des bruits de pas me distraire de mes pensées et apparut quelques instants plus tard la femme devant moi qui s'accroupit, en penchant la tête, ses sourcils se fronçant, rendant son visage beaucoup plus sévère.

"Eh bah... T'y es pas aller de main morte... "

Dit-elle en inspectant mes mains tout à fait explosées, les maniant doucement dans ses mains calleuses.

"Regarde moi ça... Tu avais fais tes bandages n'importe comment... Fallait t'arrêter avant d'en arriver là. Ça fait encore quelqu'un privé de boxe à cause de sa aujourd'hui... Vous pensez pas à vous les jeunes... Bouge pas je reviens."

Sa tirade finie, je n'eus le temps de répondre. C'est-à-dire que je viens de fuguer et dans l'empressement et aussi aveuglé par ma colère, je n'ai pas vraiment fait attention oui... Je le reconnaissais, c'était déjà bien, eh ! Je soufflais, blasé. Je reconnaissais aussi sans problème qu'elle avait raison dans tout ce qu'elle avait dit.

Elle revint très vite, avec une trousse de secours, et j'étais toujours assis au sol. Je n'avais peut-être pas envie de dormir, mais j'avais besoin de récupérer. J'appréciai son geste en souhaitant sans doute me bander les mains, mais je n'allais pas trop demander, non plus. Après tout, j'importunais juste cette femme. Je me levais donc prestement en évitant de me faire mal aux mains que je tendis vers la trousse tout en disant de ma voix à présent calme et démunie de toute traces de colère :

- Laissez-moi faire, madame. C'est déjà gentil de votre part de vous inquiéter de mon état, mais lorsque je suis moi-même, je fais plutôt bien mes bandages, dis-je avec un petit sourire - en fait, j'étais un peu vexé qu'elle me compare à un débutant au sang chaud, alors que ça m'arrivait rarement ce genre d'histoires...

Je pris donc la boîte et me posai à nouveau au sol en tailleur cette fois et sortit d'abord le désinfectant et du coton que je passais sur mes plaies en grimaçant de douleur - ça piquait vraiment ! - puis me fit rapidement un bandage, qui était proche de la perfection, quand même.

Je relevais la tête vers la femme, avec la soudaine envie de parler. Peut-être une autre technique pour trouver le sommeil ?

- Au fait, quel est votre nom ? Moi je suis... (je me stoppais quelques instants, la bouche ouverte, me demandant intérieurement "Olwen ou Hesediel" ?) Je tranchais finalement, car je finis ma phrase sur un ton décidé : Ketsueki Hesediel. J'agrémentais mes paroles d'un petit sourire, mais franc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 57
Date d'inscription : 13/12/2015
Age : 20

Feuille de personnage
Age: 35
Couple:
Autre(s):
avatar
Exorciste


Valentia Ludemberg

Exorciste

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Mar 19 Jan - 17:33

~Une visite désarçonnante~
 

Elle le regardait alors qu'il attrapait la trousse pour se faire ses pansements. Effectivement il semblait s'en sortir, et se fit des pansements qui était très bien pour quelqu'un qui à les mains blessées. Elle voulait lui faire elle, mais vu qu'il s'en sortait, elle jetait juste un œil en souriant. Elle s'était peut être trompée sur lui, c'était peut être juste un jeune qui laissait sa colère prendre le dessus. Mais elle ne pouvait pas lui en vouloir pour le nombre de fois ou elle aussi avait laisser ses sentiments interférer. Il apprendra surement avec l'âge. Elle se mit à genou en face de lui prête à lui parler de tout ça, mais il prit les devants.

Au fait, quel est votre nom ? Moi je suis... Ketsueki Hesediel.

Il avait laisser un blanc avant de dire son nom, restant bouche bée, ce qui fit baisser un sourcil à la bibliothécaire, comme étonnée du temps qu'il avait mit à trouver. Elle rit légèrement en faisant un clin d’œil.

Hey bah tu t'es tellement essoufflé que t'en a perdu la mémoire ? Moi je m'appel Valentia Ludemberg. Je suis bibliothécaire à l'académie.

Elle tendit la main par politesse avant de reprendre, toujours souriante.

Hesediel, il me semblait bien que j'avais reconnu le neveu du directeur, mais ma mémoire me joue tellement de tour des fois que j'en étais pas sûre. Enchantée alors.

La fatigue n'était toujours pas venue, mais elle était heureuse d'avoir fait une nouvelle rencontre, espérant juste que ce serait une rencontre qui ne finirait pas mal, elle qu'elle allait rester un bon terme avec cette nouvelle rencontre. Et que le garçon ne se révélerait pas méchant ou insultant, du genre qu'elle détesterait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Ven 22 Jan - 18:10

Elle s'était accroupis pendant mon bandage et baissa un sourcil suite à mon blanc, précédant mon identité. Je la comprenais, hum. Elle rit me fit un clin d’œil et me répondit :

- "Hey bah tu t'es tellement essoufflé que t'en a perdu la mémoire ? Moi je m'appel Valentia Ludemberg. Je suis bibliothécaire à l'académie."

- Perde la mémoire à cause d’essoufflements ? Naaan... Je n'irais pas jusque-là.

Cette pensée m'amusa et réussit à m'arracher un sincère sourire qui dévoila quelque peu mes dents aux canines légèrement pointues. Je serrai la main qu'elle me tendit avec sympathie alors qu'elle souriait toujours en disant :

- "Hesediel, il me semblait bien que j'avais reconnu le neveu du directeur, mais ma mémoire me joue tellement de tour des fois que j'en étais pas sûre. Enchantée alors."

- Bibliothécaire... Mémoire... Oh ! Mais c'est vrai ! Oncle Tsu' en avait parlé !

Ma mine était à présent quelque peu choquée par ce que je venais de réaliser, et c'est en bégayant que je réussis à reprendre la parole :

- Je... Je crois avoir déjà entendu parler de vous - toi, me repris-je rapidement en fronçant les sourcils, m'énervant contre moi. Plus calme, je continuai : Vous avez perdu la mémoire, pas vrai ? Oh, et, bien sûr, enchanté aussi ! Je ris un peu en me passant une main sur la nuque, gêné de mon comportant d'imbécile que j'avais ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 57
Date d'inscription : 13/12/2015
Age : 20

Feuille de personnage
Age: 35
Couple:
Autre(s):
avatar
Exorciste


Valentia Ludemberg

Exorciste

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Sam 23 Jan - 21:17

~Une visite désarçonnante~
 

Il souriait ce qui montrait qu'il était manifestement de meilleurs humeur et cela faisait plaisir à la bibliothécaire. C'est toujours mieux de sourire que de faire la tête !
Ses canines symbole de son appartenance à son clan apparurent et Valentia les regarda un petit instant avant d'écouter ce qu'il disait, un visage un peu choqué apparaissant sur son visage.

Je... Je crois avoir déjà entendu parler de vous - toi. Vous avez perdu la mémoire, pas vrai ? Oh, et, bien sûr, enchanté aussi !

La bibliothécaire fronça les sourcils et gratta sa joue avec son index, un sourire gêné apparaissant. Comment pouvait-il avoir entendu parler d'elle ? Est-ce qu'il allait pouvoir l'aider en un sens ?

Oh ah bon ? Je suis si célèbre que ça ?

Elle rit gênée, posant cette question comme pour faire une blague alors qu'en fait elle était très intriguée par ce jeune homme.
Elle s'assit en tailleur devant lui prête à passer des heures à en savoir plus sur lui et sur ce qu'il pouvait lui apprendre. Portant un regard curieux et intrigué sur Ketsueki.

Hum... Si ça te dérange pas, enfin si tu veux bien parler à une vieille folle qui a perdu la mémoire. Mais est-ce que tu sais m'en dire plus ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Sam 23 Jan - 22:07

Je remarquais son regard s'attardant sur mes canines, mais je ne m'en enfonçait pas, ça intriguait toujours - et je les comprenaient. Elle fronça les sourcils et se gratta la joue, gênée.

"Oh ah bon ? Je suis si célèbre que ça ?" Un rire suivit ses paroles puis elle s'assit en tailleur en face de moi, et me jeta un regard intéressé.

"Hum... Si ça te dérange pas, enfin si tu veux bien parler à une vieille folle qui a perdu la mémoire. Mais est-ce que tu sais m'en dire plus ?!"

Aïe... J'étais désolée pour elle. J'avais juste entendu ça comme ça. Je me sentais vraiment mal pour elle, mais je détestais mentir, alors je préférai rester honnête, en lui disant la vérité, bien que ma voix était désolée ;

- Je m'excuse de te faire une fausse joie... Mais, à vrai dire, j'ai juste surpris une conversation entre mon oncle et ma tante où on parlait de ta perte de mémoire, un pauvre demi sourire mi-gêné, mi-triste orna mes lèvres.

Je me sentais vraiment idiot de lui avoir donné une fausse piste comme ça et je ne savais pas du tout comment me racheter...

- Je suis vraiment désolé. En plus de t'avoir donné un faux espoir, je ne peux vraiment pas t'aider, parce que je ne sais rien de plus de ton histoire...

Je baissai le regard pour ne pas croiser le sien, tout penaud que j'étais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 57
Date d'inscription : 13/12/2015
Age : 20

Feuille de personnage
Age: 35
Couple:
Autre(s):
avatar
Exorciste


Valentia Ludemberg

Exorciste

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Dim 24 Jan - 15:56

~Une visite désarçonnante~
 

La tête triste que le garçon lui rendit en disait long avant même qu'il ne prenne la parole.

Je m'excuse de te faire une fausse joie... Mais, à vrai dire, j'ai juste surpris une conversation entre mon oncle et ma tante où on parlait de ta perte de mémoire.
Je suis vraiment désolé. En plus de t'avoir donné un faux espoir, je ne peux vraiment pas t'aider, parce que je ne sais rien de plus de ton histoire...


Il semblait vraiment triste de ne pas pouvoir l'aider, et Valentia ne supporta pas de le voir comme ça. Après tout il n'était pas en cause, et il l'avait même fait sourire.
Elle lui tapota l'épaule comme pour le réconforter.

Allez t'excuse pas comme ça ! T'y es pour rien. Et puis c'est pas si grave hein. Je trouverais bien un jour.

Elle lui fit un clin d’œil et se pencha en arrière pour poser ses mains en appui derrière elle.
Elle lâcha un petit soupire et s'ébouriffa les cheveux en souriant.

Parlons d'autre chose. Qu'est-ce qui t'a mis tant en colère ? Tu m'as l'air bien trop sympathique pour qu'on se fâche avec toi pour aucunes raisons.

Elle posait la question en espérant que cela ne le remettrait pas encore en colère, mais c'est vrai qu'en parler peut enlever un peu de poids sur la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Dim 24 Jan - 16:50

La réaction de Valentia me rassura et je sentis comme une bienheureuse chaleur monter au fond de moi. Je crois que ça venait du fait que je trouvais presque qu'elle avait un comportement maternel, non... ? Elle était très gentille, en fait. Elle se mit à l'aise et je suivis son exemple en me laissant aller contre le mur dans mon dos, me détendant de ma dernière tension, ce qui me fit me rendre compte que j'avais les trapèzes douloureux. Une grimace tordit mes lèvres tendit qu'elle reprenait la parole :

"Parlons d'autre chose. Qu'est-ce qui t'a mis tant en colère ? Tu m'as l'air bien trop sympathique pour qu'on se fâche avec toi pour aucunes raisons."

Je me sentis flatté et gêné de ses paroles, une très rare rougeur me montant aux joues, un peu pris au dépourvu. Elles disparurent vite tendit que je commençai à masser mon trapèze droit alors que je réfléchissais à ses paroles.

- On ne m'avait jamais qualifié comme étant une personne "trop gentille" pour pouvoir m'engueuler avec quelqu'un. Non, on disait plutôt que j'étais trop sérieux pour ça...

Cette pensée me fit tout à fait sourire, un sourire moqueur. Quelle tête aurait tiré ces gens en me voyant dans mon état précédent ? Je plantai mon regard sérieux dans celui de Valentia, et une envie germa dans mon esprit en inspectant ses yeux. Je ne voulais plus cacher mes yeux morts. Après tout, c'était juste moi qui voulais les cacher, et si je voulais les montrer, je n'avais qu'à le vouloir. Par contre, savoir pourquoi j'en avais envie maintenant, comme ça, aucune idée...

- Je ne pense pas être si sympa que ça, souriais-je. Il n'empêche que je ne peux quand même pas te parler de cette histoire. Je suis assez secret !, rigolais-je doucement tout en commençant à me masser l'autre trapèze.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 57
Date d'inscription : 13/12/2015
Age : 20

Feuille de personnage
Age: 35
Couple:
Autre(s):
avatar
Exorciste


Valentia Ludemberg

Exorciste

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Lun 1 Fév - 18:03

~Une visite désarçonnante~
 

Il prit lui aussi ses aises, ayant apparemment les épaules crispées et se les massa en grimaçant. Valentia souriait toujours autant face à lui, heureuse de cette rencontre et de ce garçon qui était son compagnon d'infortune face à l'insomnie.
Il rougit quand elle parla, mais ses couleurs disparurent très vite pour laisser place à un sourire moqueur. Elle fronça les sourcils en se demandant si il se moquait d'elle. Mais elle ne voulait pas paraître désagréable alors elle laissa passer en l'écoutant.
Il portait un regard très sérieux dans celui de la jeune femme, souriant avant de prendre la parole.

Je ne pense pas être si sympa que ça. Il n'empêche que je ne peux quand même pas te parler de cette histoire. Je suis assez secret !

Il rit en terminant sa phrase, ce qui fit sourire la bibliothécaire. Il avait effectivement l'air de garder beaucoup de choses pour lui mais elle respectait son choix. Elle haussa les épaule et répondit chaleureusement en faisant un clin d’œil.

Comme tu veux. Juste que vu qu'on est là tout les deux à attendre que la fatigue nous gagne... Je pensais faire un peu la discussion mais si tu veux pas, je vais pas te forcer !

Elle rit légèrement, n'ayant pas du tout pour but de mettre le garçon mal à l'aise, mais de le débloquer un petit peu, ou de le mettre à l'aise et de faire un peu la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Mer 3 Fév - 11:29

Elle sourit suite à mes paroles, puis haussa les épaules et fit un clin d'oeil tout en me répondant.

"Comme tu veux. Juste que vu qu'on est là tout les deux à attendre que la fatigue nous gagne... Je pensais faire un peu la discussion mais si tu veux pas, je vais pas te forcer !"

Elle n'avait pas tort, mais je n'étais pas vraiment le meilleur choix pour la discussion. Les dialogues, ce n'étaient pas mon fort, les seules fois où j'arrivais à me délier la langue c'était avec Lyna - argh, ne me faite pas penser à elle. Une grimace aigre se peignit sur mon visage que je fis passer par une réaction à une douleur que j'avais eue au trapèze. Revenons à nos moutons, et chassons les pensées néfastes.

- Réfléchis, Ketsu. Quels sont tes autres moyens de communication ?

Et la lumière fut. Mais je me demandais si c'était la bonne lumière... Ouais, parce que, si je n'arrivais pas à parler des heures, j'étais capable de bien mieux me faire comprendre par des coups. Et il était hors de question que je me batte avec Valentia. J'étais dans une impasse, et je ne savais pas trop quoi faire pour le coup, et cela se voyait par mes traits torturés par la question.

Je fus ainsi quelques courts instants, choisissant finalement de lui dire ce qui se passait dans ma tête, la mine presque désolée par ma "non-capacité" à dialoguer.

- Tu as raison, on n'a pas vraiment d'autres moyens que de parler, mais... C'est-à-dire, que je ne suis pas vraiment doué pour ça. Tu vas peut-être trouver ça drôle, m'empressais-je de dire avant qu'elle souhaite faire une remarque, mais c'est vrai, et même, quand j'étais petit, je parlais tout simplement pas, souriais-je. En fait, (je me passais une main dans les cheveux, gêné) mon seul "vrai" moyen de communication est quand je me bats, et il hors de question que je fasse cela avec toi !, m'exclamais-je. En plus, je suis sûr que je vais me faire battre à plat de couture, un rire finissant mes paroles.

Je restais dubitatif sur mon dialogue anormalement long. Valentia avait-elle, elle aussi, la capacité de me faire beaucoup parler ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 57
Date d'inscription : 13/12/2015
Age : 20

Feuille de personnage
Age: 35
Couple:
Autre(s):
avatar
Exorciste


Valentia Ludemberg

Exorciste

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Dim 7 Fév - 21:45

~Une visite désarçonnante~
 

Il se massa doucement les épaules pour faire passer la douleur de l'effort précédent et une grimace vint se peindre sur son visage. C'était si douloureux que ça ? Elle fronça un sourcil hésitant à lui proposer de l'aider à se détendre en lui faisant un massage mais elle se retint.

Il eu pendant un moment un visage éclairé comme s'il venait d'avoir une merveilleuse idée. Puis il réfléchit un instant. C'est dans ce genre de cas que Valentia aimerait bien être dans la tête des gens pour savoir le chemin qu'il faisait dans leur tête.
Il prit la parole avec une petite bouille toute tristoune.

Tu as raison, on n'a pas vraiment d'autres moyens que de parler, mais... C'est-à-dire, que je ne suis pas vraiment doué pour ça. Tu vas peut-être trouver ça drôle, mais c'est vrai, et même, quand j'étais petit, je parlais tout simplement pas. En fait, mon seul "vrai" moyen de communication est quand je me bats, et il hors de question que je fasse cela avec toi ! En plus, je suis sûr que je vais me faire battre à plat de couture.

Il avait tout enchaîné comme pour l'empêcher de parler et il s'était passer la main dans les cheveux en lâchant un rire presque gêné. Il fut presque surpris de parler autant.
Mais Valentia elle avait écarquillé les yeux tellement elle ne s'attendait pas à ce qu'il se lâche ainsi. Un grand sourire se dessina sur le visage de la jeune femme et elle le regarda avec un plaisir dans la voix.

Eh bah ! Pour quelqu'un qui a peur de parler je trouve que tu te débrouille bien. Ça fait plaisir a voir que tu peux te lâcher comme ça aussi.

Elle se remit droite et le regarda avec un grand sourire qui montrait toutes ses dents. Elle s'en fichait bien de savoir si la seule manière pour lui de communiquer, au fond elle était pareille en étant jeune. Et puis elle voyait bien qu'il avait des capacités !

Tu sais je suis sûre que tu t'en sors extrêmement bien au combat. Et puis je suis vieille je commence à me rouiller aussi.

Elle plaça sa main gauche sur son épaule droite et fit tourner son bras droit plié en faisant semblant d'avoir mal. Elle rit et tendit son poing en avant.

Si un jour tu cherches quelqu'un avec qui t'exprimer n'hésite pas ce sera avec plaisir. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Mar 9 Fév - 18:16

Elle écarquilla d'abord les yeux, et je la comprenais, j'étais dans la même situation, puis elle sourit, en très grand, alors qu'elle me répondit avec chaleur :

- "Eh bah ! Pour quelqu'un qui a peur de parler je trouve que tu te débrouille bien. Ça fait plaisir a voir que tu peux te lâcher comme ça aussi."

Oui bah ce n'était pas normal, justement ! Je faillis éclater de rire suite à cette pensée, parce que je trouvais tout à fait hilarant mon comportement avec Valentia, que je venais tout juste de rencontrer. Je pensais qu'il était impossible pour moi de réussir à parler aussi librement depuis l'histoire avec mon ex-coéquipière, mais je semblais être sur la bonne voie...

Elle se redressa, toujours avec son énorme sourire qui faisait du bien, et c'est presque inconsciemment qu'un petit sourire se dessina aussi sur mes lèvres.

- "Tu sais je suis sûre que tu t'en sors extrêmement bien au combat. Et puis je suis vieille je commence à me rouiller aussi.", dit-elle en roulant son épaule, qui me paraissait très souple, soit-disant passant.

Je ne savais pas trop dire si je m'en sortais si bien au combat... Il faut dire que j'ai une très basse estime de moi, hein. Avant que j'accepte un compliment, et que je l'approuve, le Roi Tenno me demandera comme amant, hein, pour bien vous montrer le truc impossible. Mais il n'empêche, que, je ne sais pourquoi, ces paroles me firent du bien. Je veux dire, vraiment. Des bulles de joie explosaient en moi, comme si je recevais un compliment de mon mentor où quelque chose comme ça, et pourtant, elle était loin d'être ça. En fait, je ne sais pas trop pourquoi je l'apprécie tellement, mais je crois que je m'en occupe pas beaucoup. Son rire me fit sortir de mes pensées tendit qu'elle pointait son poing vers moi :

- "Si un jour tu cherches quelqu'un avec qui t'exprimer n'hésite pas ce sera avec plaisir."

Je penchais la tête sur le côté, un sourire malin ornant doucement mes lèvres, une idée germant dans ma tête... Étais-ce une bonne idée ? Après tout, nous sommes loin d'être couchés, alors, pourquoi pas ? Ça pourrait être vraiment drôle. Et défoulant. Je pense que ça pourrait agréable. Et j'espère qu'elle va penser comme moi. Les yeux pétillants d'excitation, je me redressais à mon tour, hésita une poignée de secondes puis entrechoqua mon poing contre le sien.

- J'ai peut-être trouvé un autre moyen que de me battre contre toi. Que dirais-tu plutôt de te battre avec moi ?, dis-je avec un demi-sourire dévoilant quelques-unes de mes dents. J'imagine que tu sais que la salle est dotée d'un système de matérialisation ?, demandais-je tout en me levant, mettant mes mains sur les hanches. Je la fixais, mon regard mélangeant détermination et malice. Alors, tu me suis ? C'était une question à double sens : tu suis dans ce que je veux dire et (ou) tu suis dans ce que je veux faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 57
Date d'inscription : 13/12/2015
Age : 20

Feuille de personnage
Age: 35
Couple:
Autre(s):
avatar
Exorciste


Valentia Ludemberg

Exorciste

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Mer 10 Fév - 23:13

~Une visite désarçonnante~
 

Pendant son discours, Valentia vit apparaître un petit sourire sur le visage du jeune homme. Peut importe ce qu'il disait, il avait l'air de plutôt bonne humeur et tout a fait capable de montrer de l'affection !
Il semblait se détendre et être de bonne humeur ce qui fit plaisir à la bibliothécaire. Il semblait sympathique et elle ne regrattait pas du tout cette soirée.
Il l'avait écouter parler avec intérêt et un léger sourire aux lèvres. A la fin, il pencha la tête sur le côté comme intrigué par la proposition. Puis les yeux pleins d'entrains, il se redressa à son tour et vint frapper son poing contre celui de la jeune femme.

J'ai peut-être trouvé un autre moyen que de me battre contre toi. Que dirais-tu plutôt de te battre avec moi ? J'imagine que tu sais que la salle est dotée d'un système de matérialisation ?

Il se releva et plaça ses mains sur ses hanches, un immense sourire ornant désormais son visage. Son regard brillait de détermination quand il finit sa phrase.

Alors, tu me suis ?

Elle le regarda un moment puis se releva pour se mettre debout face à lui. Elle croisa ses bras sur son torse et fit un grand sourire. Elle ne le savait pas mais cela lui semblait être une excellente idée. Elle ne se sentait pas non plus de lui mettre des patates dans la bouche et comme ça ils pourront se défouler sans se faire vraiment mal. Car elle en était sûr ils pouvaient se faire respectivement très mal...

Nan je ne savais pas ! Mais bien sûre que je suis partante ! Par contre je ne sais pas comment ça marche alors je te laisse faire tout les réglages.

Elle prit un air triste et innocent pour continuer.

Et tu sais les vieux et la technologie ne font pas bon ménage. Je voudrais pas risquer de tout casser dans la chère école de ton oncle.

Elle rit et ne pouvait s'empêcher de garder un grand sourire. Elle ne connaissait pas beaucoup cet endroit mais elle s'y plaisait déjà énormément ! 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Sam 13 Fév - 12:41

Elle me regarda un instant, puis se leva, croisa les bras sur sa poitrine puis fit un grand sourire et prit la parole quelques instants encore après :

- "Nan je ne savais pas ! Mais bien sûre que je suis partante ! Par contre je ne sais pas comment ça marche alors je te laisse faire tout les réglages."

Le fait qu'elle dise ça avec une telle légèreté faillie me faire éclater de rire, mais c'est juste un sourire désabusé qui orna mes lèvres. Alors elle ne savait pas ? En même temps, j'aurais dû m'en douter...

Son air triste m'inquiéta, tendit qu'elle reprenait :

- "Et tu sais les vieux et la technologie ne font pas bon ménage. Je voudrais pas risquer de tout casser dans la chère école de ton oncle."

Un rire suivit ses paroles et elle continua de garder son sourire. Quant à moi, je souriais également, mais à cause de son genre d'"excuse" qu'elle venait de sortir : typique, cette histoire de vieux et de technologie, je te jure...

- Tu sais, je pense que tu es très loin d'être encore une vieille, Val. Reviens dire ça quand tu auras des cheveux blancs, dis-je avec un air charrieur.

Sur ces paroles, je me dirigeais vers une porte avec marqué dessus "Défense d'entré" sur le mur à l'autre bout de la salle, dans le dos de Valentia, et j'invita celle-ci à me suivre d'un signe de la main. Je le cachais bien, mais j'étais extrêmement heureux qu'elle accepte mon idée sans connaitre ce moyen de matérialisation. J'avais l'impression d'avoir trouvé en quelque sorte une personne qui était un peu comme moi, mais je ne saurais l'expliquer en quoi.

J'entrepris de lui expliquer rapidement cette matérialisation pendant mon chemin :

- Comme tu t'en doutes, ce système sert à matérialiser divers lieux, toujours dans le but de t'entraîner. Que ce soit un désert, une étendue de glace ou le sommet d'une montagne rocailleuse, ça marchera. Mais nous, souriais-je, tout en la regardant en coin, en va faire plus que ça.

J'atteins la porte, qui est fermée, bien sûr. Mais, je sors mon trousseau de ma poche et prends une petite clef noire, qui une fois dans la serrure, ouvre la porte. Avançant dans la pièce uniquement éclairée par la lumière des écrans, je suis directement entouré de grands ordinateurs et de machines en tous genres, qui émettent toutes d'incessant "Bip, bip-bip". Je suis familier à cette pièce, car un jour, lorsque j'étais jeune, mon oncle m'avait montré comment ça marchait. Il avait fait ça principalement pour rigoler, et ne pensait certainement pas que j'avais tout retenu ce qu'il avait dit ce jour-là. Et pourtant, c'est avec confiance que je me dirigeais vers une grande machine éteinte. Je l'allumais, puis je tapais sur divers boutons machinalement, connaissant tout par-cœur, le regard fixé sur ce que m'indiquait l'écran. Une minute plus tard, mes doigts quittèrent les boutons, un sourire satisfait sur les lèvres, je me retournais vers Valentia, l'invitant à sortir de la pièce en un geste du bras, tendit que je disais, toujours avec mon sourire :

- La matérialisation commence dans 5 minutes. On pourra être blessés, mais pas tué, la matérialisation disparaît quand ça devient trop dangereux. Car nous allons atterrir en pleine guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 57
Date d'inscription : 13/12/2015
Age : 20

Feuille de personnage
Age: 35
Couple:
Autre(s):
avatar
Exorciste


Valentia Ludemberg

Exorciste

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Lun 15 Fév - 21:00

Spoiler:
 

~Une visite désarçonnante~
 

Il souriait aussi et cela mettait une ambiance assez sympathique. Elle était un peu surexcitée mais ne laissait rien paraître, ne voulant pas paraître trop immature.

Tu sais, je pense que tu es très loin d'être encore une vieille, Val. Reviens dire ça quand tu auras des cheveux blancs.

A sa grande surprise il l'a tutoya et lui donna un surnom, ce qui la rendit un peu perplexe un court instant. Mais tout de suite après elle se reprit et rit en tirant la langue et en faisant un clin d’œil. Oui elle n'était pas si vieille que ça mais vu qu'une grande partie de sa vie avait disparue dans sa tête, elle se sentait vraiment mal quand elle se souvenait de son âge.

Oui tu as raison, mais j'essai d'asseoir mon autorité alors me casse pas tout !

Elle dit ça en rigolant et le suivant jusqu'à une porte marquée "Défense d'entrer". Elle n'était pas vraiment sur de la justification de leur présence ici. Elle fronça un sourcil mais ne dit rien voyant qu'il avait la clef du local. Après tout son oncle l'avait surement autorisé parce qu'il faisait partie de la famille mais interdit au reste de l'école car le matériel était trop précieux.

Comme tu t'en doutes, ce système sert à matérialiser divers lieux, toujours dans le but de t'entraîner. Que ce soit un désert, une étendue de glace ou le sommet d'une montagne rocailleuse, ça marchera. Mais nous on va faire plus que ça.

Il expliquait tout en étant sur de lui ce qui rassura un peu Valentia, même si elle commençait sérieusement à être partagée entre l'excitation d'un tel système, et le droit qu'ils avaient à s'en servir, ainsi que les risques qu'ils pouvait courir.

Ça m'a l'air génial tout ça dis moi. Mais que compte donc tu faire de beau ? Je suis pas vraiment sûre qu'on devrait l'utiliser juste pour nous deux. Le système à l'air très cher et je ne voudrais pas l’abîmer...

Elle regardait autour d'elles toutes ces machines en sentant de plus en plus le désir d'essayer cette simulation monté en elle.
Quand le garçon lui désigna la sortie, elle avait un grand sourire aux lèvres et l'excitation d'une enfant de 5 ans.

La matérialisation commence dans 5 minutes. On pourra être blessés, mais pas tué, la matérialisation disparaît quand ça devient trop dangereux. Car nous allons atterrir en pleine guerre.

Elle sortit de la pièce en hochant la tête montrant qu'elle avait bien compris.
Pour tout dire elle s'attendait à être impressionnée mais pas à ce point. Devant elle s'étendait une plaine à perte de vue, avec tout bonnement une armée en face d'eux. Elle resta un moment planté sur place avant de se retourner vers Ketsueki.

C'est fantastique ! Tout simplement extraordinaire ! Merveilleux ! Juste une petites question... On y va aux poings où je peux utiliser mes pouvoirs ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Icone de votre esprit :

Messages : 366
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Dans mon appart.

Feuille de personnage
Age: 22
Couple: Sakura Shiranui, tout simplement~
Autre(s):
avatar
Démon


Ketsueki Hesediel

Démon

MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   Mer 24 Fév - 10:38

J'ignorais délibérément sa question concernant la bonne idée d'utiliser le matériel pour nous - je n'allais pas dire que j'avais fait un double de la clé sans rien dire à personne, pas vrai ? Et puis, son grand sourire et son excitation lors de mes dernières explications semblèrent lui avoir fait oublier ses questions.

- Non, vraiment, elle est loin d'être une vieille, me dis-je, un sourire apparaissant sur mes lèvres, amusé de son comportement d'enfant.

Je la suivis lorsqu'elle sortit de la salle d'un pas décidé, et le décor avait bien changé entre-temps. Adieu, salle d'entraînement, bonsoir - ou bonjour, quelle heure était-il ? - matérialisation. Ce n'était pas vraiment époustouflant, mais en même temps ça l'était totalement. La plaine était désertique de pratiquement toute flore, le sol très sableux, me forçant à plisser les yeux pour voir à l'autre bout de la salle une armée, que Valentia avait vu avant moi.

- "C'est fantastique ! Tout simplement extraordinaire ! Merveilleux ! Juste une petites question... On y va aux poings où je peux utiliser mes pouvoirs ici ?", demanda-t-elle.

Eh bien... c'était une très bonne question. Je réfléchis quelques courts instants, un peu dubitatif de la marche à suivre, pas vraiment sûr de moi. Soudain, sans m'être rendu compte avant, je sentis une présence derrière moi, et je me retournai prestement, pour tomber sur une autre armée, identique en tout point à l'autre, sauf que celle-ci, leur armure de cuir était de couleur noire, et marron pour l'autre.

- C'est comme tu veux, en fait !, m'empressais-je de dire, en reculant jusqu'à heurter son dos du mien. La salle est dotée d'une très grande protection, tu peux utiliser autant de pouvoir que tu le veux, ça ne fera rien, pas d’inquiétude à avoir. Par contre, plaisantais-je en tournant ma tête à moitié vers avec un sourire, évite de me viser, le pouvoir exorciste n'est pas très cool pour le démon que je suis.

À présent, j'étais en position de combat, dos à dos avec Valentia, les poings relevés devant mon visage, les jambes écartées et fléchies, prêts à la bataille. J'inspectais rapidement mes ennemis ; ils étaient une centaine, je pense, et pas très armés - je m'étais pas trompé dans la difficulté, donc. Ils portaient haches, épées et boucliers et leurs armures se contentaient d'un plastron en cuir.

- On dirait plus des brigands qu'autres chose, en fait. Mais des brigands nombreux et costauds, quand même, observais-je.

D'une façon assez spectaculaire, d'un seul et même mouvement, l'armée nous chargea au pas de course, et je savais que s'était aussi le cas dans mon dos, car je sentis Valentia contracter les muscles de son dos. Un long hurlement de guerre surgirent des deux bataillons.

- "Que la guerre commence !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au départ, une insomnie, à la fin, un champ de bataille [feat Valentia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon insomnie cesse à l'aurore [Livre I - Terminé]
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Insomnie et ennui ... [Priv. Seamus] [TERMINE]
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Clos :: Gymnase et Terrains de sports :: Salles d'entrainements-